BFM Business

Wish, le discret site de e-commerce qui vaudrait déjà 10 milliards

Peter Szulczewski, le créateur du site Wish qui est en train petit à petit de devenir un géant du e-commerce.

Peter Szulczewski, le créateur du site Wish qui est en train petit à petit de devenir un géant du e-commerce. - -

Créée il y a 4 ans par un ancien ingénieur de Google, cette start-up qui cultive le secret est un étonnant mélange d'Amazon, Pinterest et Groupon. Et ses fondateurs auraient refusé des offres de rachats d'Amazon et Alibaba à 10 milliards de dollars.

Peter Szulczewski est l'homme le plus courtisé de la Silicon Valley. Cet ancien codeur de Google a créé en 2011 -avec un ancien de Yahoo!- Wish, une petite start-up de e-commerce dans la région de San Francisco. Une société qui vaudrait aujourd'hui plus de 10 milliards de dollars! C'est en tout cas la somme qu'aurait refusé Peter Szulczewski de la part d'Amazon et Alibaba qui souhaiterait mettre la main sur cette pépite de la vente en ligne.

C'est que cette très discrète entreprise qui n'envoie pas de communiqué de presse lorsqu'elle réalise une levée de fonds (elle en est pourtant à 578 millions de dollars en quatre ans) et dont les fondateurs ont tendance à fuir les médias est le next big thing du secteur comme disent les Américains. Le next very big même. Elle réaliserait déjà plusieurs milliards de dollars de chiffre d'affaires selon les estimations de Business Insider et ce sans aucune publicité ni médiatisation. Simplement par le bouche-à-oreille sur la toile.

Et si la société est passée à travers les mailles des médias jusqu'à présent, elle est pourtant depuis quelques mois la coqueluche des investisseurs avisés du secteur. Comme Fabrice Grinda, un Français installé aux Etats-Unis et qui est un des business angels les plus avisés de la place (il a très tôt investi dans Alibaba, Blablacar...). Il donnait il y a peu son avis sur Wish dans le Journal du Net: 

"Cette plateforme de commerce en ligne fait de la curation de produits. C'est un Pinterest 100% axé achat. Wish enregistre des centaines de millions de dollars de chiffre d'affaires. L'interface utilisateur est exceptionnelle. Les produits sont peu chers car Wish source en Chine, notamment. La start-up est énorme aux Etats-Unis et commence à le devenir en Europe. Elle est en train de s'emparer de toute la frange de l'e-commerce de vêtements peu chers."

Mais Wish au fait c'est quoi concrètement? Il s'agit d'une plateforme de e-commerce disponible sur le web et sur smartphone. A la différence d'un site classique, Wish ne vend rien directement. C'est une place de marché qui se contente de référencer des produits à des prix très agressifs. Beaucoup de gadgets high-tech ainsi que des vêtements. Comme par exemple une doudoune à 30 euros, un sac pour appareil photo à 16 euros, une montre design à 10 euros, un pointeur laser à 3 euros ou encore le t-shirt de Son Goku dans DragonBall pour 13 euros... Pour la plupart des produits Made in China qui coûtent moins de 25 euros mais qui semblent satisfaire les clients si on en juge les commentaires laissés sur l'appStore français (l'appli est notée 4,5 étoiles sur 5):

-
- © -

Mais Wish ne se contente pas de mettre en relation des vendeurs et des acheteurs. Il y a un aspect social dans le site un peu comme sur le site Pinterest. Les utilisateurs peuvent créer des listes de souhaits, des produits qu'ils aimeraient bien avoir. Et ensuite les partager avec des amis. Sauf qu'à la différence de Pinterest sur lequel les utilisateurs partagent essentiellement des photos, tous les produits sont à vendre sur Wish. 

Et fort de ces fonctionnalités sociales, le site recueille une quantité considérable de données sur ces clients. Wish sait ce qu'ils achètent, regardent, souhaiteraient et partagent. Il peut ainsi proposer au client des produits susceptibles de l'intéresser et des remises de prix très alléchantes. Ce que les clients adorent.

Sans faire de bruit, Wish tisse petit à petit sa toile sur la planète e-commerce. Le site compterait déjà 100 millions de clients dans le monde et 100.000 vendeurs. Malgré une médiatisation quasi-nulle, il commence à être très populaire en France aussi. Les recherches Google pour le mot clé "site Wish" ont explosé depuis quelques mois et l'application française a été téléchargée près de 9.000 fois. Un succès grandissant loin des projecteurs qui a tendance à rappeler ceux de Groupon ou du site de e-commerce le plus visité en France Le Bon Coin Des champions qui ont, eux aussi, explosé grâce au bouche-à-oreille.

Frédéric Bianchi