BFM Business

Votre mission, si vous l'acceptez: sauver des vies avec l'appli Sauv Life

L'application Sauv Life met en relation les citoyens volontaires et le Samu (image d'illustration)

L'application Sauv Life met en relation les citoyens volontaires et le Samu (image d'illustration) - CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Le taux de survie lors d'un arrêt cardiaque est de 2 à 3%. Dans ce genre de situation, chaque minute compte. Lancée ce mardi en France, l'application Sauv Life met en relation les citoyens volontaires avec le Samu.

En France, il y a 40.000 à 50.000 morts par arrêts cardiaque par an et le taux de survie est de 2 à 3 % seulement, selon l’association Tom massage cardiaque. Un chiffre qui fait froid dans le dos. Après Staying Alive (voir encadré) lancée il y a trois ans, une autre application arrive sur le marché. Lionel Lamhaut, membre de l'association des médecins urgentistes SAUV Life, a imaginé un moyen d'augmenter les chances de survie.

Sauv Life est destinée à tous. À l'inscription, il faut renseigner son statut: volontaire formé aux gestes d'urgence ou non, secouriste ou professionnel de santé. Ensuite, le scénario est simple. Quand le 15 reçoit un appel concernant une personne en arrêt cardiaque, il envoie les secours et déclenche Sauv Life. Les utilisateurs de l’application sont géolocalisés et les plus proches sont alors avertis.

Les secours mettent en moyenne 13 minutes 

Les volontaires qui ont répondu à l’alerte de Sauv Life sont ensuite aidés avec des vidéos explicatives des gestes d’urgence ou par une vidéoconférence avec le Samu. Certains sont chargés de pratiquer un massage cardiaque tandis que d’autres sont guidés par l’application vers un le défibrillateur le plus proche. Ils doivent ensuite le ramener sur place afin de gagner du temps à l’arrivée des secours. Et donc de la vie.

Fonctionnement de l'application Sauv Life
Fonctionnement de l'application Sauv Life © Capture d'écran

À chaque "minute perdue sans massage cardiaque, la survie diminue de 10%”, explique Lionel Lamhaut sur LCI. Les secours mettent en moyenne 13 minutes à arriver sur place en France. Au-delà de trois minutes sans massage cardiaque, les lésions cérébrales sont irréversibles et après quatre minutes, la défibrillation est sans effet.

Disponible gratuitement sur iOS et Android, l'application Sauv Life a été lancée officiellement mardi. Pour ce grand projet qui lui a pris plus de trois ans, Lionel Lamhaut a reçu le soutien de donateurs comme Uber et le Groupe Lafayette.

Pour l'instant, Sauv Life est victime de son succès et il n'est plus possible de s'inscrire. "Vous avez été 10.000 citoyens volontaires à télécharger notre application. Si cela représente beaucoup d’espoir pour les personnes que nous avons à sauver, cela représente techniquement une grosse surcharge. Nos équipes sont entrain de s’occuper de régler ce désagrément", peut-on lire sur le site internet. "Aussi, s’il vous plaît, essayez une nouvelle fois de télécharger Sauv Life dans 48 à 72 heures", conclut-il.

Lancée il y a trois ans, Staying Alive a déjà sauvé des vies

L'application Sauv Life est très largement inspirée de Staying Alive, disponible gratuitement depuis trois ans sur iOS et Android. Cette dernière a déjà été téléchargée plus d’un million de fois depuis son lancement.

Plus de 15.000 volontaires formés aux gestes de premiers secours se sont inscrits pour devenir Bon Samaritain. Quand les secours envoient les moyens habituels sur le lieu où s'est produit un arrêt cardiaque, ils préviennent les Bons Samaritains disponibles dans le périmètre autour de la victime. Un premier intervient tandis qu'un second cherche un défibrillateur. L'application en recense plus de 120.000 dans le monde.

Plusieurs victimes d’arrêt cardiaque ont déjà pu être sauvées grâce à Staying Alive. Les derniers en date sont un homme de 34 ans sauvé en décembre à Paris, ainsi qu’un homme de 49 ans à Agen en janvier

Pauline Dumonteil