BFM Business

Vente de SFR: Vivendi s'oppose à une demande des actionnaires minoritaires

Les conditions de la Vente de SFR ont également été épinglées par l'AMF.

Les conditions de la Vente de SFR ont également été épinglées par l'AMF. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le groupe a expliqué, dans un communiqué publié ce mercredi 2 avril, avoir refusé la venue d'un huissier de justice qui devait intervenir au siège de l'entreprise, à la demande de Colette Neuville, présidente de l'association des actionnaires minoritaires.

Le bras de fer entre Vivendi et les actionnaires minoritaires s'intensifie. Ce mercredi 2 avril, l'entreprise a expliqué que, dans le cadre de la vente de SFR, qui sera cédée soit à Bouygues, soit à Numericable, un huissier, sur demande de Colette Neuville, la présidente de l'Adam (Association des actionnaires minoritaires), a voulu intervenir au siège de l'entreprise "pour avoir accès à des documents".

"Au vu du caractère extravagant de cette démarche, les avocats de Vivendi ont opposé un refus à cette intrusion perturbatrice et saisiront le juge des référés", explique le groupe dans un communiqué, qui ne donne pas d'autres informations.

Des critiques antérieures

Dans un communiqué, publié ce même jour, Colette Neuville justifie sa démarche.

Elle rappelle que, dans un précédent courrier, daté du 20 mars, l'Adam avait réclamé plus de transparence dans le dossier de la vente de SFR et souhaité que le choix du repreneur de Vivendi soit soumis à l'approbation des actionnaires.

Des demandes qui sont restées lettre morte. "Face au comportement délibérément opaque de Vivendi , alors que c’est de la cession du principal de ses actifs qu’il s’agit , l’ADAM a jugé nécessaire, dans l’intérêt de la société et de tous ses partenaires ( actionnaires ainsi que salariés ) de présenter une requête au Président du Tribunal de commerce de Paris", explique-t-elle.

Colette Neuville indique que le tribunal de commerce a répondu favorablement à sa demande en mandatant un huissier.

De son côté, l'Autorité des marchés financiers (AMF) avait dénoncé le manque de transparence de l'ensemble des acteurs de ce dossier, à savoir Vivendi, Numericable et SFR.

J.M.