BFM Business

Un ex-salarié accuse Snap de gonfler ses chiffres avant son entrée en Bourse

Snap gonflerait ses chiffres avant son entrée en Bourse

Snap gonflerait ses chiffres avant son entrée en Bourse - Lionel Bonaventure-AFP

Anthony Pompliano, ex-salarié de Snap, a décidé de porter plainte contre l'entreprise basée à Venice en Californie, l'accusant de truquer ses chiffres afin de gonfler sa valorisation auprès des investisseurs.

Snap Inc., maison-mère de l’application SnapChat, cherche-t-elle à gonfler ses chiffres avant son introduction en Bourse? C’est en tout cas ce qu’affirme un ex-salarié de la licorne californienne en charge de la croissance des utilisateurs, Anthony Pompliano, qui a décidé de porter plainte après avoir été licencié par Snap, à la suite de son refus de gonfler certaines statistiques du groupe, selon ses dires.

Des chiffres qui auraient d’ailleurs été utilisés par la direction lors d’une négociation avec le géant du e-commerce chinois Alibaba dans le but de faire augmenter sa valeur. Un porte-parole de Snap Inc. a tenu à démentir ces informations indiquant qu'elles étaient "entièrement inventées par un ancien employé mécontent."

Mais l’employé, embauché en 2015 en provenance de Facebook, va même plus loin dans sa plainte puisqu'il soutient que Snap lui aurait demandé de divulguer des informations confidentielles sur le réseau social dirigé par Mark Zuckerberg. Ce qu'il aurait refusé et qui lui aurait donc valu d’être congédié 3 semaines seulement après son arrivée.

Sa valorisation pourrait atteindre 25 milliards de dollars

C'est une nouvelle qui fait tâche alors que la société basée à Venice en Californie doit s'introduire sur le Nasdaq au premier trimestre 2017. D'après certains médias américains, l'ex-Snapchat chercherait à lever jusqu'à 4 milliards de dollars, soit 3,9 milliards d'euros lors de son introduction en Bourse. Une somme qui pourrait valoriser la société à 25 milliards de dollars. 

Cette levée de fonds, si elle avait lieu, serait en tout cas la plus importante à Wall Street dans le domaine de la tech depuis plus de deux ans. Car, pour trouver trace d'une telle opération, il faut remonter à septembre 2014 et l'introduction record d'Alibaba. À cette époque, le groupe dirigé par Jack Ma avait alors levé près de 25 milliards de dollars.