BFM Business

Uber s'impose comme la "start-up" la plus chère du monde

En six mois, la valeur de l’entreprise créée en 2010 par Travis Kalanick a grimpé de plus de 65%.

En six mois, la valeur de l’entreprise créée en 2010 par Travis Kalanick a grimpé de plus de 65%. - Tobias Hase (DPA/AFP)

Le groupe californien s'apprête à lever près de 1,5 milliard de dollars auprès d'investisseurs désireux de parier sur son potentiel. Ce nouveau tour de table valoriserait le plus gros concurrent des taxis à 50 milliards de dollars.

On ne connaît pas son chiffre d’affaire exact et encore moins sa rentabilité. Uber, qui n’annonce toujours pas son intention d’entrer en bourse, est pourtant en passe de devenir l’une des sociétés non cotées les plus valorisées de la planète.

Selon la presse américaine, le géant californien du VTC prépare une nouvelle levée de fonds qui cette fois devrait s’élever à près de 2 milliards de dollars. Si cette opération se réalise, sa valorisation pourrait atteindre un montant de 50 milliards de dollars.

Le bond est impressionnant puisque en novembre 2014, le groupe était valorisé 30 milliards de dollars. En moins de six mois, la valeur de l’entreprise créée en 2010 par Travis Kalanick a grimpé de plus de 65%. Avec un ratio supposé entre le chiffre d’affaires et le montant de sa valorisation qui donne le tournis. Selon le Wall Street Journal, qui se base sur les revenus versés aux chauffeurs, Uber aurait réalisé un chiffre d’affaire de 400 millions de dollars en 2014, soit 125 fois moins que la valeur que sont prêts à lui reconnaître les nouveaux entrants dans son capital.

Les actionnaires d'Uber ont certes accès aux données de son bilan et de son business plan que le plus gros concurrent des taxis ne fournit qu'à eux. Mais le ratio a de quoi étonner.

Uber va-t-il se lancer en bourse l'an prochain ?

Le quotidien américain compare la situation actuelle du VTCiste à celle de Facebook en 2011. A l’époque, la valorisation du groupe de Mark Zuckerberg s’élevait à 50 milliards, mais celle-ci ne représentait que 25 fois son chiffre d’affaires. 

En tous les cas, avant même de boucler son tour de table Uber occupe actuellement la seconde place dans le "club" des start-ups qui pèsent plus d’un milliard de dollars. La première place est occupée par Xiaomi avec un montant de 46 milliards.

Les actionnaires historiques d'Uber -Goldman Sachs, Google Ventures, First Round Capital, Kleiner Perkins- peuvent en tout cas se frotter les mains. Si l'entrée en bourse en bonne et due forme intervient l'an prochain, ils pourront prendre de confortables plus-values.

Pascal Samama