BFM Business

Toshiba lance une augmentation de capital pour se sortir de sa mauvaise passe

L'augmentation de capital lancée par Toshiba a été réservée à 60 fonds d'investissements internationaux et doit être conclue le 5 décembre 2017.

L'augmentation de capital lancée par Toshiba a été réservée à 60 fonds d'investissements internationaux et doit être conclue le 5 décembre 2017. - Kazuhiro Nogi-AFP

Le conglomérat industriel japonais, en grande difficulté financière depuis la faillite de sa filiale nucléaire américaine Westinghouse, a lancé une augmentation de capital de 600 milliards de yens (environ 4,5 milliards d'euros), pour restaurer sa solvabilité.

Pour se dépêtrer de la faillite de sa filiale Westinghouse dans le nucléaire, Toshiba va émettre 2,28 milliards de nouvelles actions, soit environ la moitié du nombre de ses actions existantes. Il va les vendre au prix unitaire de 262,8 yens, soit un rabais de 10% par rapport au cours de clôture du groupe vendredi 17 novembre. L'augmentation de capital a été réservée à 60 fonds d'investissements internationaux et doit être conclue le 5 décembre 2017.

Le recours à une augmentation de capital aussi importante "pose bien sûr le problème d'une dilution de la valeur des actions (...) mais nous pensons que cette mesure nous permettra d'assumer nos obligations (vis-à-vis des créanciers de Westinghouse, NDLR) et de nous concentrer sur notre coeur d'activités, ce qui contribuera à la valeur des actions", a déclaré dimanche à l'AFP une porte-parole de Toshiba.

Toshiba veut éviter sa radiation de la Bourse de Tokyo

L'opération doit permettre à Toshiba de limiter considérablement son exposition à la débâcle de Westinghouse, en lui permettant de payer les garanties sur les énormes dettes de Westinghouse exigées par les créanciers de cette ancienne filiale, qui a déposé le bilan cette année. Après avoir honoré ces garanties, Toshiba compte vendre ses actifs liés à Westinghouse à un tiers.

Toshiba espère grâce à ces opérations que son bilan, actuellement dans le rouge à hauteur de 750 milliards de yens à cause de Westinghouse, revienne à l'équilibre d'ici la fin de son exercice fiscal 2017/18 clos fin mars prochain.

En redevenant solvable d'ici cette date butoir, le groupe japonais éviterait l'humiliation d'une radiation de la Bourse de Tokyo, à laquelle il est actuellement exposé

Le vente de sa filiale de composants mémoires s'avère compliquée

D'autres cessions d'activités sont prévues dont le vente de sa très lucrative filiale de cartes mémoires Toshiba Memory, dont il espère obtenir 2.000 milliards de yens (15 milliards d'euros). Mais la probabilité de parvenir à finaliser cette cession à temps s'est amenuisée, en raison de l'opposition persistante de son partenaire Western Digital, qui avait des vues sur Toshiba Memory mais qui a été écarté au profit d'un consortium d'acquéreurs mené par le fonds d'investissement Bain Capital.

Le groupe a déjà prévenu que s'il n'arrivait pas à vendre Toshiba Memory à temps, il se dirigerait vers une perte nette de 110 milliards de yens sur 2017/18, après déjà une perte de 965 milliards de yens (quelque 7,5 milliards d'euros) sur 2016/17 en raison de dépréciations massives liées à Westinghouse.

Il a déjà vendu il y a quelques jours son activité de téléviseurs, qu'il ne considérait plus comme stratégique, au groupe chinoise Hisense pour moins de 100 millions d'euros. Il avait auparavant cédé ses systèmes médicaux à son compatriote Canon, fin 2016.

F.B avec AFP