BFM Business

Téléconsultation gratuite, "plan de support" aux hôpitaux… Comment Doctolib s'organise pour soutenir les professionnels de santé

Sur BFM Business, Stanislas Niox-Château, cofondateur de Doctolib, explique que, compte tenu de la pandémie, la vidéo-consultation est devenue un "réflexe" tant pour les patients que pour les professionnels de santé.

Depuis l'annonce du confinement le 17 mars dernier, la téléconsultation fait un pas de géant. Pour respecter la mesure gouvernementale, patients et praticiens n'ont pas eu d'autre choix que de s'adapter et donc de s'orienter vers la vidéo-consultation. Un service qui se révèle payant en temps normal, mais que la licorne franco-allemande Doctolib a décidé de rendre gratuit pour tous les médecins de France.

"On a créé cette boîte pour servir les professionnels de santé et on s'est dit il y a un mois que c'était notre rôle de se mettre à leur service et au service de l'Etat. Donc on a pris la décision de généraliser gratuitement la video-consultation", explique Stanislas Niox-Château dans l'émission Inside ce jeudi.

De 1.000 à 100.000 consultations par jour

"On avait créé le service de vidéo-consultation il y a un an. On avait 3.500 médecins avant la crise sanitaire et près de 30.000 médecins qui l'utilisent aujourd'hui. On avait 1.000 téléconsultations par jour, on en a 100.000 aujourd'hui. Et donc, en l'espace de quelques semaines, de quelques jours, on a fait de la télé-consultation un réflexe pour les patients français et un réflexe pour les professionnels de santé", poursuit le patron de Doctolib.

Face à l'afflux de demandes de vidéo-consultations survenu ces dernières semaines, Stanislas Niox-Château et ses équipes ont, par ailleurs, pris le parti de développer un procéder permettant aux praticiens de s'installer en 20 minutes et de "transférer tout ou une partie" de leur "activité en vidéo-consultation". Résultat aujourd'hui: sur les 125.000 praticiens partenaires de Doctolib, 30.000 proposent la vidéo-consultation.

Soutenir les hôpitaux

Parallèlement à cela, et compte tenu de l'urgence sanitaire, Doctolib a décidé de lancer "un grand plan de support" destiné, cette fois, aux hôpitaux.

"On a mis une équipe bénévole qui va installer la vidéo-consultation dans les hôpitaux (…) qui va également installer les centres de détection du Covid et on fait tout cela bénévolement depuis un mois", conclut Stanislas Niox-Château. Lequel rappelle avoir déployé une équipe de "1.400 personnes salariés bénévolement en support des hôpitaux, des cabinets. Et la vidéo-consultation, c'est l'une des initiatives, mais il y en a plein d'autres pour supporter l'organisation des cabinets et des hôpitaux".

JCH