BFM Business

Télécom: Washington compte infliger une amende de 1,3 milliard de dollars au chinois ZTE

Le groupe chinois de télécoms est en cessation d'activité après des sanctions américaines.

Le groupe chinois de télécoms est en cessation d'activité après des sanctions américaines. - Josep Lago / AFP

La Maison Blanche lèverait l'interdiction d'exportation de composants électroniques américains infligé au groupe de télécoms chinois ZTE. En contrepartie, le président Donald Trump a évoqué l'idée d'imposer une amende de 1,3 milliard de dollars à l'équipementier.

Washington et Pékin sont en passe de trouver un accord pour régler leur litige sur le groupe chinois de télécoms ZTE, en cessation d'activité après des sanctions américaines, a dévoilé le Wall Street Journal ce mardi.

Selon le cadre général de cet accord, l'administration Trump lèverait son interdiction d'exportation de composants électroniques américains destinés à ZTE. Et ce dernier se verrait infliger d'importantes amendes et des changements au sein de sa direction, explique le Wall Street Journal, citant des sources proches du dossier des deux parties. "Les détails doivent encore être négociés", ajoute le quotidien économique.

Le président américain Donald Trump s'est depuis exprimé et a évoqué l'idée d'imposer une amende de 1,3 milliard de dollars (1,1 milliard d'euros) à ZTE, selon les informations de Reuters. Il a également déclaré qu'il n'y avait pas d'accord avec Pékin concernant l'équipementier chinois.

"Pékin a également proposé de supprimer des tarifs sur des milliards de dollars de produits agricoles américains dans le cadre de ces négociations bien qu'une personne ait indiqué que la Maison Blanche n'a rien proposé en échange", ajoute le Wall Street Journal.

Le cas de ZTE ne fait pas parti des négociations commerciales

"La Maison Blanche a été très attentive au fait de souligner que cette affaire est un cas relevant du judiciaire et que ce dernier ne fait pas partie d'un marchandage dans les négociations" commerciales en cours, selon les propos de cette source, publiés par le Wall Street Journal.

Ces informations sont publiées trois jours après l'annonce par les deux pays d'un "consensus" sur le commerce. Pékin a accepté de réduire le déficit commercial américain en achetant plus de biens et services américains et en ouvrant davantage son marché pour réduire le déficit des Etats-Unis.

La Chine, premier marché automobile mondial, a par ailleurs annoncé mardi qu'elle allait réduire à compter du 1er juillet ses droits de douane de 25% à 15% sur les voitures.

Composants électroniques américains

Dans le dossier ZTE, Washington accuse le quatrième groupe de télécommunications chinois d'avoir violé ses engagements sur des embargos commerciaux contre l'Iran et la Corée du nord. En rétorsion, l'administration Trump avait décrété mi-avril d'interdire, pendant sept ans, l'exportation de composants électroniques américains comme les microprocesseurs indispensables à ses smartphones.

Face aux dommages économiques et aux pertes d'emplois, le président Donald Trump avait chargé, à la demande du président chinois Xi Jinping, son ministre du Commerce Wilbur Ross d'examiner le dossier pour trouver d'éventuelles solutions alternatives.

ZTE avait déjà été condamné en mars 2017 à 1,2 milliard de dollars d'amende. Les sanctions d'avril l'ont contraint à cesser l'essentiel de ses activités, mettant quelque 75.000 emplois en danger.

J.-C.C. avec AFP