BFM Business

Stéphane Richard confirme que les déploiements 5G et fibre prendront du retard

Invité de BFM Business, le patron d'Orange explique que ces reports sont liés au confinement. Les déploiements reprendront dès que possible.

Malgré le confinement généralisé, Orange a pu maintenir ses activités d'opérateur télécoms. Mais en ce qui concerne les déploiements de la 5G et de la fibre optique en France, les choses sont à l'arrêt.

Le régulateur des télécoms (l'Arcep) a ainsi décidé de reporter les enchères pour l’attribution des fréquences 5G qui devaient avoir lieu en avril. De quoi retarder mécaniquement la délivrance des autorisations d’exploitation normalement attendue fin juin. Et donc d'accentuer le retard sur d’autres pays européens, la 5G étant déjà opérationnelle en Allemagne, en Espagne, en Irlande, en Italie et au Royaume-Uni.

5G: "il faut que la France rejoigne les pays européens"

Invité de BFM Business ce jeudi, Stéphane Richard, le PDG de l'opérateur historique, confirme ces retards. Sur la 5G, "il s'agit d'un report de quelques semaines, les enchères pourraient prendre place vers le mois de septembre ou octobre. (...) Nous ça nous va bien, à la fois que les enchères aient lieu parce que il faut que la France rejoigne les pays européens qui ont déjà procédé à ces allocations de spectre. Il faut qu'on soit en mesure de commencer le déploiement de la 5G dans les mois qui viennent. Bien sûr, ça sera décalé du fait de cette crise. Mais on est bien obligé de constater que les réseaux 4G ont fait le boulot".

Reste que les déploiements de la 4G en zone rurale qui font l'objet d'objectifs fixés par le gouvernement (le "New deal mobile") pourraient aussi prendre du retard. "Il est un peu tôt pour mesurer quel va être l'impact de la crise actuelle que nous traversons sur le rythme actuel de déploiement. Mais à date, en ce qui concerne Orange, (...) nous n'avons pas de retard particulier. Nous attachons une très grande priorité à être au rendez-vous en ce qui concerne le New deal car c'est un sujet très sensible. On peut pas laisser ce sujet de côté", souligne le PDG.

Orange n'abandonne pas ses engagements dans la fibre

Concernant la fibre optique, les installations sont gelées tout simplement parce que les techniciens n'ont pas été en mesure de travailler depuis la mi-mars.

"Il est évident qu'aujourd'hui, avec la plupart des chantiers qui sont à l'arrêt, on va prendre du retard sur le déploiement de la fibre. Comment cela pourrait-il être différent? Ce n'est pas de la responsabilité des opérateurs. On a aujourd'hui toute une filière (...) qui n'est pas en mesure de poursuivre ces chantiers. Donc, il y aura un retard, je ne sais pas le chiffrer aujourd'hui (...) mais je le redis ici d'une façon très claire: pour nous c'est une priorité. Dès que nous pourrons reprendre un rythme de production normal des raccordements, on le fera. On n'a aucunement l'intention d'abandonner les engagements qui ont été pris à ce titre". 

Olivier Chicheportiche