BFM Business

Spotify veut concurrencer YouTube

Le site de musique en ligne revendique 60 millions d'utilisateurs dans 58 pays, dont un quart paye un abonnement.

Le site de musique en ligne revendique 60 millions d'utilisateurs dans 58 pays, dont un quart paye un abonnement. - Jason David - Getty images - AFP

Le numéro un mondial de l'écoute de musique en ligne prévoit de se lancer dans le streaming video, ont rapporté ce 8 mai plusieurs médias. Face à des pertes qui ont presque triplé en 2014, Spotify cherche des voies de développement.

Après la musique, la vidéo. Le site de streaming Spotify s'apprêterait à lancer un service de vidéo, selon des sources proches du dossier citées par le New York Times, le Financial Times et le Wall Street Journal. L'entreprise suédoise devrait annoncer le 20 mai à New York ce nouveau service qui complèterait une offre uniquement audio.

Selon une source citée par le New York, Spotify souffre de la concurrence de YouTube, dont les vidéos musicales gratuites (certaines sous la marque Vevo) attirent l'auditeur plus occasionnel. 

De plus, le suédois est de moins en moins seul sur le créneau de la musique en ligne avec le lancement en grande pompe de Tidal, une entreprise contrôlée par des artistes au profit des artistes, par le rappeur Jay-Z, et l'annonce de l'arrivée prochaine sur le marché d'Apple, qui domine le téléchargement. 

Un quart d'utilisateurs payants

Créé en 2008, le site revendique aujourd'hui 60 millions d'utilisateurs dans 58 pays, dont un quart payants, mais n'a encore jamais dégagé de bénéfice annuel. L'entreprise a presque triplé ses pertes en 2014 selon ses résultats publiés au Luxembourg.

La perte nette l'an dernier est montée à 162,3 millions d'euros contre 55,9 millions en 2013. Le résultat opérationnel est également négatif, selon les résultats de la holding luxembourgeoise Spotify Technologies, déposés jeudi 7 mai et consultés par l'AFP vendredi.

"Cela s'explique par les investissements substantiels qui ont été réalisés durant l'année, principalement dans le développement du produit, l'expansion internationale et la hausse généralisée des effectifs", indique le groupe.

Si le chiffre d'affaires a passé la barre du milliard d'euros, à 1,082 milliard, la croissance n'a plus le même rythme effréné. Elle a été de 45%, contre 74% en 2013 et 128% en 2012.

C.C. avec agences