BFM Business

Sony/Microsoft : les ennemis du jeu-vidéo signent un pacte

-

- - AFP

Pas question de développer une console commune mais les deux géants vont échanger leurs technologies, notamment dans les domaines du cloud pour peser dans un marché qui est en train d’évoluer vers le dématérialisé.

Rivaux hier, alliés aujourd’hui. Microsoft et Sony, les deux leaders absolus du marché du jeu-vidéo (avec Nintendo) qui s’affrontent sans la moindre pitié depuis des décennies sur ce juteux marché à plusieurs dizaines de milliards de dollars ont décidé de s’allier. Une alliance avant tout technologique, pragmatique, visant à mieux s’adapter à la transformation de ce secteur vers le streaming (jeux dématérialisés ou cloud gaming), illustré par le succès Steam et désormais attaqué par Google (Stadia) ou encore Amazon. Concrètement, le jeu en streaming se consomme comme une série sur Netflix.

Pour ne pas se laisser distancer, les deux géants vont mettre en commun certaines de leurs technologies phares. Concrètement, Sony va pouvoir s’appuyer sur la colossale plate-forme cloud de Microsoft (Azure) sachant que le cloud est la colonne vertébrale du jeu en streaming. Le nippon pourra également y faire passer ses contenus, notamment cinématographiques.

Microsoft de son côté pourra notamment exploiter l’expertise en capteur d’images de Sony. Il s’agira également de développer en commun de nouvelles puces dans ce domaine en ayant recours aux systèmes d'intelligence artificielle (IA) de Microsoft destinés aux clients professionnels.

Ou encore d’intégrer la plateforme IA de Microsoft dans les produits grand public de Sony afin « d'offrir une expérience d'IA très intuitive et conviviale ».

Cap sur le cloud gaming

« Microsoft a été pendant de nombreuses années un important partenaire commercial pour nous, même si les deux sociétés ont bien entendu été aussi en concurrence dans certains domaines », déclare Kenichiro Yoshida, le directeur général de Sony, dans un communiqué. « Je pense que le développement conjoint de solutions dans le cloud à l'avenir contribuera grandement à l'avancement du contenu interactif ».

« Sony a toujours été un leader du divertissement et de la technologie, et la collaboration que nous avons annoncée aujourd'hui repose sur cette histoire d'innovation », déclare de son côté Satya Nadella, directeur général de Microsoft.

Reste que le jeu en streaming est la clé de voûte de cette alliance surprise. Il faut dire que cette évolution technologique est aujourd’hui mâture notamment parce que de plus en plus de foyers sont équipés d’une connexion Internet haut débit, indispensable puisque tout se fait à distance, les jeux étant stockés sur des serveurs distants tandis que l’utilisateur paye un abonnement mensuel.

Rappelons que Microsoft a d’ailleurs annoncé en mars dernier la création d’une nouvelle division spécialement dédiée au cloud gaming après avoir racheté un spécialiste (PlayFab).

« Le cloud gaming n’est pas nouveau » rappelle Laurent Michaud de l’institut IDATE. « C’est la troisième vague depuis 2008 mais il a toujours manqué un catalogue plus important et surtout du très haut débit pour que cela fonctionne. »

Et l’arrivée du monstre Google a évidemment bouleversé la donne. « L’avantage de Google, c’est sa force de frappe, sa capacité à rassembler les meilleurs acteurs de l’industrie » insiste Laurent Michaud. Et c’est bien ce que compte faire l’entreprise en s’associant notamment avec le français Ubisoft, éditeur du bestseller « Assassin’s Creed ». Microsoft et Sony ne pouvaient pas rester inactifs en la matière même s’ils proposent déjà des plates-formes de jeu dans le cloud.

Pour l’expert, le jeu-vidéo prend clairement la direction du cloud, « la console en tant qu’objet va disparaître », prédit-il. Les deux firmes qui sont encore à la moitié du chemin dans ce domaine, avec des machines aux identités fortes (Xbox et PlayStation) ont donc décidé d’accélérer la cadence.

Olivier CHICHEPORTICHE