BFM Business

Solocal s'en remet à Google pour accélérer sa mue sur internet

L'héritier de l'éditeur des PagesJaunes, recentré sur internet, a une offre commune avec Google pour ses petits annonceurs locaux.

L'héritier de l'éditeur des PagesJaunes, recentré sur internet, a une offre commune avec Google pour ses petits annonceurs locaux. - AFP Mychele Daniau

Confronté au déclin accéléré de ses annuaires papier, l'éditeur des pages jaunes devient régie publicitaire adossée à Google, pour doper ses recettes sur Internet.

Comment gérer la mort annoncée de son activité historique d'annuaires papier au profit de sa reconversion sur Internet ? C'est tout le dilemme de Solocal Group (ex-PagesJaunes). 

L'éditeur a encore abaissé une partie de ses objectifs 2015 après avoir publié un résultat net en recul de 36,4% au premier trimestre de cette année, à 12,4 millions d'euros.

Si le groupe prévoit toujours une croissance de son chiffre d'affaires internet comprise entre 5% et 10%, il révise en revanche à la baisse sa projection de revenus consolidés en raison de la décrue plus rapide qu'anticipé de la contribution des activités papier et vocal.

Le chiffre d'affaires annuel consolidé devrait ainsi baisser, mais moins qu'en 2014, alors qu'il était jusque-là attendu stable.

Solocal a obtenu le label "régie locale Google Adwords"

"Nous avons poursuivi notre programme de transformation Digital 2015 qui implique une adaptation des structures commerciales, de fait plus longue que prévue", a indiqué Jean-Pierre Rémy, directeur général. "Les résultats commerciaux restent encore inférieurs à nos attentes", a-t-il reconnu.

L'héritier de l'éditeur d'annuaires téléphoniques, désormais recentré sur sur internet, s'est rapproché de Google dont la puissance de feu sur la publicité en ligne, est sans égal.

Solocal Group a dû complètement se reconvertir. Et transformer son métier d'origine de régie publicitaire pour annuaire papier en l'adaptant au monde Internet et à la domination de Google sur le marché publicitaire en ligne.

Fortes du label "Régie Locale Google AdWords", ses équipes de conseillers commerciaux auront la capacité de créer et gérer directement des campagnes publicitaires AdWord (mots clés). L'enjeu consiste à générer un trafic qualifié sur les sites web de ses clients annonceurs, souvent des PME ou TPE locales, en améliorant leur visibilité sur le moteur de recherche.

"La rentabilité du papier craque" selon un courtier parisien

Pour cette offre publicitaire commune avec Google, baptisée booster site, Solocal pourra s'appuyer sur la batterie d'outils de suivi et de mesure de l'efficacité des campagnes publicitaires en ligne, du géant américain.

En complément, Solocal Group, dont la force tient au maillage territorial, va organiser une demi-douzaine d'évènements en France en 2015, avec le soutien des équipes Google.

Cet accord était d'autant plus nécessaire à l'éditeur que son activité papier décline encore plus vite que prévu. 

"La rentabilité du papier craque, ce qui va nous amener à revoir en baisse une nouvelle fois nos prévisions sur la société", selon un courtier parisien, cité par l'AFP. Le chiffre d'affaires a ainsi baissé de 3% à 209,2 millions d'euros sur les trois premiers mois de 2015.

La difficulté de la mue Internet à marche forcée que doit conduire Solocal est accentuée par le poids de la dette nette. Celle-ci a, toutefois, été réduite à 1,12 milliard d'euros à fin mars 2015, en baisse de 416,1 millions d'euros sur un an, à la suite à l'opération de refinancement réalisée en 2014.

Frédéric Bergé