BFM Business

 Solocal (ex-PagesJaunes) sort de l'impasse

Le nouveau plan voté par une majorité d'actionnaires doit permettre de réduire la dette du groupe de 1,16 milliard d'euros à 400 millions d'euros, un niveau considéré comme soutenable par la direction.

Le nouveau plan voté par une majorité d'actionnaires doit permettre de réduire la dette du groupe de 1,16 milliard d'euros à 400 millions d'euros, un niveau considéré comme soutenable par la direction. - Mychele Daniau-AFP

Lassemblée générale extraordinaire des actionnaires de SoLocal, héritier des PagesJaunes, a validé le nouveau plan de restructuration de la dette du groupe présenté par la direction, deux mois après le rejet du premier plan.

Solocal est en passe de sortir de l'ornière dans lequel l'ex-Pages Jaunes se trouvait depuis deux mois. L'assemblée générale extraordinaire (AGE) des actionnaires de SoLocal a voté majoritairement, ce jeudi 15 décembre en début de soirée, en faveur du nouveau plan de restructuration de la dette du groupe présenté par la direction. Dans un contexte tendu marqué par la fronde d'une minorité d'actionnaires, cette résolution a finalement été validée par les deux tiers des actionnaires présents. Si elle avait été rejetée cela aurait conduit au rejet complet du plan, les créanciers menaçant alors de réclamer leur dû, ce qui aurait conduit Solocal au redressement judiciaire.. 

Le président du conseil d'administration de SoLocal, Robert de Metz a remercié les actionnaires, sous les applaudissements d'une partie de la salle, avant la poursuite des votes des résolutions.

Le nouveau plan proposé aux actionnaires doit permettre de réduire la dette du groupe à 400 millions d'euros, un niveau considéré comme soutenable par la direction. Il prévoit notamment une augmentation de capital réservée aux actionnaires actuels, afin d'éviter une trop forte dilution de leur participation dans la future composition du capital.

Les actionnaires "frondeurs" n'ont pas été suivis par la majorité

Cette assemblée générale extraordinaire s'est tenue près de deux mois après une première réunion le 19 octobre 2016 qui avait vu les actionnaires rejeter un précédent plan de désendettement proposé par la direction.

Cette première AG avait abouti à une recomposition partielle du conseil d'administration, avec l'entrée de plusieurs représentants de l'association RegroupementPPLocal, qui menait la fronde des petits porteurs opposés au plan de renflouement. Mais depuis, le rapport de force a évolué: RegroupementPPLocal a volé en éclats et les nouveaux administrateurs se sont rangés aux arguments de la direction pour soutenir le second plan de désendettement.

Un nouveau regroupement de petits porteurs opposés à la direction s'est formé autour de l'investisseur Benjamin Jayet, et détient désormais plus de 10% du capital. Didier Calmels, un des piliers de RegroupementPPLocal, a également tenté de fédérer les opposants, avec pour l'heure 3% du capital. Mais ces "frondeurs" n'ont pas été suivis par la majorité des actionnaires.

Frédéric Bergé avec AFP