BFM Business

SoftBank cède ses parts dans T-Mobile US et espère en retirer une trentaine de milliards de dollars

-

- - Toshifumi KITAMURA / AFP

Le géant japonais détient 24% dans l'opérateur télécoms américain. Ce projet s'inscrit dans le cadre d'un gigantesque plan de cessions d'actifs à hauteur de plus de 37 milliards d'euros annoncé en mars.

SoftBank va revendre ses parts dans l'opérateur T-Mobile US. Dans l'immédiat, SoftBank Group va transférer les deux tiers de ses parts dans T-Mobile US, soit près de 200 millions d'actions, à l'opérateur américain lui-même, lequel va ensuite les mettre en vente via une offre publique et des placements privés.

Le prix n'est pas encore déterminé mais devrait l'être ultérieurement dans la journée de mardi, selon un communiqué de SoftBank Group, précisant que le transfert des actions devrait être finalisé vendredi.

Cependant sur la base du prix de clôture du titre T-Mobile US lundi sur le Nasdaq (106,6 dollars), cette première tranche pourrait peser plus de 21 milliards de dollars.

Deutsche Telekom pourrait se renforcer au capital

Dans un second temps, le grand actionnaire de T-Mobile US, Deutsche Telekom (43% du capital actuellement), disposera d'options d'achat sur plus de 100 millions d'actions T-Mobile US supplémentaires détenues par SoftBank Group.

Deutsche Telekom pourra exercer ou pas ces options d'achat, totalement ou partiellement, dans un délai de deux ans, a précisé SoftBank Group dans son communiqué.

Si ces options venaient à être exercées en totalité, SoftBank Group devrait détenir moins de 1% de T-Mobile US à l'issue de l'ensemble des transactions. Deutsche Telekom pourrait de son côté monter à plus de 50% du capital de T-Mobile US.

Pertes annuelles record

Mais le groupe allemand contrôle déjà une large majorité des droits de vote dans cette société, à la suite d'un accord avec SoftBank Group lors de la récente fusion entre T-Mobile US et l'opérateur mobile américain Sprint, qui était une filiale du groupe nippon.

Son intention de céder l'essentiel de ses parts dans T-Mobile US n'est pas une surprise: le groupe avait confirmé il y a une semaine qu'il étudiait diverses options en ce sens, après des semaines de spéculations.

Ce projet s'inscrit dans le cadre d'un gigantesque plan de cessions d'actifs à hauteur de 4.500 milliards de yens (plus de 37 milliards d'euros au cours actuel), annoncé en mars par SoftBank Group afin de réduire son endettement, renforcer sa trésorerie et financer d'énormes rachats de ses propres actions.

Le géant nippon des investissements dans les nouvelles technologies a annoncé le mois dernier une perte nette record de 961,6 milliards de yens - soit huit milliards d'euros environ - sur son exercice écoulé 2019/2020. Ses comptes ont été plombés par des investissements ratés, comme dans le géant américain des bureaux partagés WeWork, et de lourdes dépréciations sur de nombreux autres actifs en raison de la pandémie de coronavirus.

Et maintenant, Alibaba?

Il a récemment déjà vendu 5% de sa filiale télécoms japonaise SoftBank Corp pour environ 2,6 milliards d'euros.

Mais s'il veut tenir le calendrier initial de son programme de cessions d'actifs, qui doit être achevé d'ici fin mars 2021, et surmonter la crise économique provoquée par la pandémie, SoftBank Group devra probablement encore vendre d'autres bijoux de famille.

Les spéculations vont bon train sur son importante participation dans le mastodonte chinois du commerce en ligne Alibaba, dont SoftBank Group détenait encore 25,1% du capital fin 2019.

Ces rumeurs sont montées d'un cran après la récente décision du co-fondateur emblématique d'Alibaba, Jack Ma, de quitter le conseil d'administration de SoftBank Group à l'issue de son assemblée générale ordinaire jeudi. Jack Ma siégeait au sein de ce conseil depuis 13 ans.

SoftBank Group a déjà récemment utilisé une partie de ses titres dans Alibaba comme garanties pour lever des fonds auprès de banques.

"En raison de la situation actuelle où il y a des inquiétudes d'une deuxième et troisième vagues du Covid-19, SoftBank Group estime avoir besoin d'augmenter encore ses réserves de trésorerie", a souligné mardi le groupe dans son communiqué, sans préciser par quels moyens.

OC avec AFP