BFM Business

SFR: Vivendi dément la signature d'un accord avec Numericable

Les synergies entre Numericable et SFR pourraient atteindre 6 milliards d'euros.

Les synergies entre Numericable et SFR pourraient atteindre 6 milliards d'euros. - -

La maison-mère a démenti, ce lundi 24 février, la signature d'un accord de principe pour vendre sa filiale à Altice. Elle a toutefois confirmé avoir été approchée par la maison-mère de Numericable.

Vivendi dément avoir signé tout accord pour vendre SFR à Numericable. C'est ce qu'a indiqué, ce lundi 24 février, un porte-parole du groupe à l'agence Reuters.

Néanmoins, dans un communiqué publié quelques heures après, le groupe télécoms et média a confirmé avoir été approché par Altice, la maison-mère de Numericable, précisant toutefois ne pas avoir reçu d'offre formelle. "Le conseil de surveillance de Vivendi se prononcera en temps utile, le cas échéant", précise Vivendi dans un communiqué. 

Selon les Echos de ce lundi 24 février, Altice, dirigée par Patrick Drahi, aurait conclu ce week-end un accord de principe avec Vivendi, pour racheter SFR, une opération qu'annonçait BFMbusiness.com, le 28 janvier dernier.

Le quotidien explique que les deux parties auraient passé l'intégralité du week-end à négocier les conditions de cet accord, qui valoriserait SFR à plus de 15 milliards d'euros. En l'état, le texte prévoirait de créer une société commune qui réunirait en son sein SFR et Numericable. Elle serait contrôlée à 50% par Altice et à 32% par Vivendi.

Les deux parties espéreraient arriver à un accord ferme "dans quelques semaines". Les Echos expliquent qu'Altice lèverait 8 milliards d'euros de dette pour financer l'achat, soit peu ou prou la même somme évoquée fin janvier.

Des synergies à 6 milliards d'euros

Pour compléter l'offre, Altice devrait également puiser dans ses fonds propres et pourrait notamment utiliser dans ce but l'argent récemment récolté en Bourse.

Les synergies attendues par l'opération se chiffreraient à 6 milliards d'euros. Les deux sociétés pourraient notamment mutualiser leurs investissements dans la fibre optique.

Cette opération changerait les plans de Vivendi qui projetait, il y a encore quelques mois, d'introduire en Bourse sa filiale télécom, et avait en ce sens opéré une profonde réorganisation scindant en deux ses activités. Mais, au regard des faibles perspectives de croissance du secteur liée notamment au fait que la 4G ne permettra de réhausse les marges , l'introduction de SFR risquerait de rencontrer un succès des plus modestes.

Davantage d'informations pourraient être connues mardi 25 février, Vivendi devant publier ses résultats annuels avant l'ouverture de la Bourse de Paris.

J.M.