BFM Business

Scandale autour de la lentille connectée de Google

Selon un ex-salarié de Google, la lentille intelligente annoncée depuis 2014 ne serait qu'un projet qui n'existe que sous la forme d'un PowerPoint.

Selon un ex-salarié de Google, la lentille intelligente annoncée depuis 2014 ne serait qu'un projet qui n'existe que sous la forme d'un PowerPoint. - Google

"Selon un ancien salarié de Google, le projet de lentilles intelligentes capable d'aider les diabétiques à se traiter correctement n'aurait jamais dépassé le stade du projet présenté sur PowerPoint."

Google va-t-il devoir affronter un scandale mondial? C’est ce qu’estiment plusieurs média américains depuis les révélations d'un ancien cadre de Google à Stat, un site spécialisé dans les informations médicales. Selon cette source digne de foi, la lentille intelligente destinée aux diabétiques qui a été annoncée voici deux ans n'a jamais dépassé le stade du... PowerPoint.

Cette lentille intelligente a suscité beaucoup d'espoir chez les diabétiques. Et pour cause, Google, l'a présentée comme capable de surveiller le niveau de glucose contenu dans le sang en analysant les larmes. Ce projet n’aurait jamais été jusqu’à la phase de test et Charles Piller, un scientifique du site Stat, se demande s’il est réellement réalisable. "D’autres, avant Google, ont déjà tenté de développer des produits similaires et aucun n’a fonctionné pour une seule raison: les larmes ne pourraient pas refléter avec précision le niveau de glucose corporel".

Une nouvelle affaire Theranos?

Aux États-Unis, Verily, la filiale chargée de développer la lentille intelligente, est déjà comparé à Theranos, cette start-up californienne qui a annoncé prématurément une technologie capable de détecter toutes sortes de maladies, du cholestérol au cancer, sur une simple goutte de sang. Elizabeth Holmes, sa fondatrice et dirigeante, présentait son entreprise comme le "Uber des laboratoires d’analyses médicales". Valorisée 9 milliards de dollars en 2015, cette start-up ne pèse désormais plus "que" 800 millions de dollars.

Quel sera le sort de Verily? Difficile à dire. Pour l'heure, Andrew Conrad, son PDG, a répondu à répondu par écrit à Stat que les projets qu'il mène sont "par nature difficile". L’entreprise qu'il dirige s’appelait il y a peu Google Life Sciences et faisait partie de Google X Labs, le laboratoire chargé des révolutions technologiques. Depuis fin 2015, elle est devenue une filiale indépendante d’Alphabet.

Pascal Samama