BFM Business

Sale temps pour les fabricants de télés japonais

Cette année, Panasonic, mais aussi Sony, subissent revers sur revers (DR)

Cette année, Panasonic, mais aussi Sony, subissent revers sur revers (DR) - -

Ça ne va pas fort pour Panasonic. Le fabricant japonais d'électronique a présenté lundi matin des résultats largement en baisse pour le premier semestre. Et ça ne va pas s'arranger : le groupe, qui s'attendait jusqu'ici à finir l'année dans le vert, prévoit désormais une perte de près de 4 milliards d'euros sur l'ensemble de l'année.

Il ne fait pas bon être fabricant de télés au Japon. Cette année, Panasonic, mais aussi Sony, subissent revers sur revers.

Il y a eu le séisme, évidemment, qui a obligé les usines à fermer et a donc pesé directement sur l'activité. La hausse du Yen aussi, qui les pénalise fortement à l'export.

Recours à la sous-traitance

A ces deux problèmes de taille, il faut en ajouter un troisième, fondamental : la concurrence acharnée dans le secteur des télés, avec les sud-coréens Samsung et LG, mais aussi des groupes électroniques chinois qui commencent à émerger.

Les prix n'en finissent plus de baisser, et ça évidemment, ça pèse sur les marges des fabricants, qui se posent de plus en plus de questions.

Panasonic a profité de la présentation de ses résultats pour annoncer une restructuration : le groupe va arrêter plusieurs usines où il produisait des dalles LCD et plasma.

Même logique chez Sony. Selon la presse japonaise, le groupe voudrait sortir de sa co-entreprise avec Samsung, spécialisée dans les écrans à cristaux liquides. Une activité qu'il souhaiterait sous-traiter à d'autres fabricants.

Anthony Morel