BFM Business

Rachat de Viadeo: 6 repreneurs sur les rangs

Le tribunal de commerce statue ce lundi sur le sort de Viadeo

Le tribunal de commerce statue ce lundi sur le sort de Viadeo - Viadeo

Le Tribunal de commerce de Paris doit statuer ce lundi sur les offres de rachat de Viadeo. D'après Les Echos, un assureur basé dans la Drôme serait en pôle position.

C'est ce lundi que le tribunal de commerce de Paris examine les dossiers des possibles repreneurs de Viadeo. D'après le quotidien Les Echossix offres ont été déposées pour la reprise de réseau social professionnel Viadeo dont une émanant du groupe Figaro (via sa filiale de petites annonces Figaro Classifieds) et une autre du norvégien Schibsted (via sa filiale française Leboncoin). Mais d'après le quotidien économique, la Société Française d'Assurance Multimedia (SFAM) serait en pôle position. Le courtier en assurances basé dans la Drôme proposerait de reprendre 122 des 126 salariés actuels, contre 80 à 90 pour Le Figaro et Leboncoin.

Si une casse sociale semble être évitée, les actionnaires peuvent en revanche se sentir lésés. Car d'après Les Echos, les offres sont particulièrement basses, la plus élevée étant de 1,5 million d'euros, soit cent fois moins que sa valorisation -150 millions d'euros- au moment de son introduction en Bourse en 2014. La capitalisation boursière de Viadeo était tombée sous les 10 millions d'euros lorsque la cotation du titre a été suspendue, le 10 novembre. Le nouveau PDG du groupe, Renier Lemmens, avait alors indiqué que "les actionnaires actuels devraient considérer le titre Viadeo comme un investissement spéculatif".

23 millions de pertes en 2015

Largement distancé par son rival américain LinkedIn, Viadeo avait tenté de conquérir les pays émergents, mais avait subi un cuisant échec en Chine, l'obligeant à fermer sa filiale Tianji. En 2015, le réseau social avait enregistré une perte de plus de 23 millions d'euros. Et au cours des neuf premiers mois de l'année, son chiffre d'affaires a fondu d'un tiers, à moins de 12,3 millions d'euros.

S.B. avec AFP