BFM Business

Rachat de Bouygues Telecom: Orange écarte toute hausse de tarifs

Stéphane Richard assure que le rapprochement n'aura pas d'impact sur l'emploi

Stéphane Richard assure que le rapprochement n'aura pas d'impact sur l'emploi - Éric Piermont - AFP

Le PDG d'Orange Stéphane Richard a assuré sur RTL ce mardi 5 janvier que si le rachat de Bouygues Telecom devait se concrétiser, en aucun cas les prix n'augmenteraient. Il a assuré également que le dossier devrait être clos sous quelques semaines.

Le rachat de Bouygues Telecom par Orange ne devrait pas traîner. Les deux opérateurs télécoms ont confirmé ce mardi 5 janvier avoir entamé "des discussions préliminaires" pour "explorer toute éventuelle opportunité".

Un accord de confidentialité a en ce sens été signé ce mardi. Quelques heures après cette annonce, le PDG d'Orange, Stéphane Richard a assuré que le dossier ne s'éterniserait pas. "Mon sentiment est qu'il faut aller vite, c'est une affaire de quelques semaines, je ne sais pas si ce sera un mois ou deux mais dans tous les cas, ça n'ira pas au-delà", a-t-il déclaré sur RTL.

Pas de hausse de prix

Pour autant, Stéphane Richard n'a pas encore idée très claire de ce rapprochement. "On ne sait pas encore dans le détail ce que l'on va proposer. Je ne sais pas d'ailleurs si ces discussions aboutiront. Ce n'est pas simple", confie-t-il.

Néanmoins plusieurs associations de consommateurs, dont l'UFC Que Choisir, se sont inquiétées sur les répercussions que pourrait engendrer cette opération, qui ferait passer de quatre à trois le nombre d'opérateurs télécoms sur le marché français.

Sur ce point, Stéphane Richard a préféré désamorcer toute bombe éventuelle. "Je le dis très clairement: en aucune manière si rapprochement il devait y avoir entre Orange et Bouygues Telecom, cela ne se traduirait par une augmentation des prix. La question n'est pas là". 

Interrogé ensuite sur la possibilité d'un plan social, il s'est, là encore, voulu rassurant. "Orange ne s'engagera jamais dans une opération qui ne soit pas socialement irréprochable. (...) Il n'y aura absolument personne au bord de la route, ni du côté de Bouygues Télécom et a fortiori ni du côté des salariés d'Orange".

Le Canard enchaîné rapportait, la semaine dernière, que dans le cadre de cette opération, Orange pourrait prendre une participation de 10% de TF1. Un point sur lequel Stéphane Richard a été quelque peu vague. S'il a affirmé que "ce n'est pas un sujet à l'ordre du jour", il "pense néanmoins qu'il faut laisser la porte ouverte" car "la question des rapprochements éventuels entre les grands acteurs du contenu -et notamment de l'image- et des télécoms se pose à nouveau".

J.M.