BFM Business

Quand le progrès technologique facilite la propagation de bactéries

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. - Geralt - Pixabay

Une compagnie d'assurance, Insurancequotes, a décidé d'analyser le nombre de bactéries présentes dans les aéroports et les avions. Étonnamment, les toilettes ne sont pas les lieux les plus sales.

Le lieu le plus sale des aéroports est un endroit auquel les voyageurs ne pensent pas forcement. Naturellement, on pencherait pour les toilettes. Certes, les WC ne sont pas l'endroit le plus hygiénique puisqu'il contient, selon une étude réalisée par la compagnie d'assurance Insurancequotes, 172 CFU. CFU pour "Colony-Forming Units" (unité formant des colonies) est le nombre de bactéries viables et de cellules fongiques par pouce carré.

Mais le lieu en question est incroyablement plus sale. Il contient 253.857 CFU. Il s'agit des comptoirs d'enregistrement automatiques. Insurancequotes précise que l'un de ceux analysés était même infecté de plus d'un million de CFU. Ces comptoirs automatiques ont pour but de désengorger les comptoirs des compagnies et de simplifier la vie des passagers. "Mais à quel prix?" se demandent les chercheurs qui ont réalisé l'étude. En effet, ces comptoirs sont utilisés par de très nombreux passagers qui ensuite s'envolent vers une multitude de destinations. Le scénario idéal pour la propagation des épidémies.

Et malheureusement, ces comptoirs ne sont les seuls lieux anti-hygiéniques des aéroports. Les accoudoirs des sièges pour attendre devant les portes arrivent en deuxième position. Ils contiennent 21.630 CFU. Et les boutons de fontaines à eau, avec 19.181 CFU, sont troisième.

-
- © -

Dans les avions, sans surprise, c'est le bouton des toilettes qui abrite la plus grosse colonie de germes avec 95.145 CFU, suivie de la tablette (11.595 CFU) et de la ceinture de sécurité (1.116 CFU). Les chercheurs de l'étude rappellent que les avions ne sont pas désinfectés entre chaque vol. Ils sont, au mieux, nettoyés et rangés mais les équipes de nettoyage n'utilisent pas de désinfectants puissants. D'ailleurs, aux États-Unis, où étaient effectués ces prélèvements, la FAA ne réglemente pas le nettoyage des avions. Chaque compagnie décide elle-même de la fréquence et du degré de nettoyage.

-
- © -

Toutefois, tous les germes trouvés ne sont pas dangereux. Certains, en quantité raisonnable, sont utiles comme les bactéries à Gram positif ou la levure. Ce n'est pas le cas pour d'autres, comme la bactérie cocci Gram positif ou bacilles. Dans tous les cas, il faut que les voyageurs pensent à se laver les mains très régulièrement.

-
- © -
Diane Lacaze