BFM Business

Pourquoi un développeur américain peut gagner 1.000$ par heure

Les ingénieurs informatiques de pointe sont aujourd'hui très recherchés sur le marché du travail

Les ingénieurs informatiques de pointe sont aujourd'hui très recherchés sur le marché du travail - Almonroth - Flickr - CC

Les grandes entreprises américaines se disputent les talents de la high tech au point que ces derniers se retrouvent en situation de force sur le marché. Et qu'ils peuvent gagner très gros en devenant indépendants.

"Aux États-Unis on estime que le nombre des travailleurs indépendants dépassera celui des salariés dans cinq ans", expliquait le 19 janvier dernier François Hurel, le président de l'union des auto-entrepreneurs sur BFM Business.

C'est donc peu dire que le salariat est en voie d'obsolescence de l'autre côté de l'Atlantique. Actuellement, les indépendants représentent 53 millions de personnes soit un tiers du nombre d'actifs, selon les statistiques du département du travail américain. Un terme est même apparu: la "Gig Economy" pour désigner l'écosystème entourant les travailleurs indépendants.

De Google à l'indépendance

Mais si le nombre d'indépendants fleurit aux États-Unis, c'est aussi parce que les conditions y sont particulièrement propices, en particulier dans la high tech. Aujourd'hui, ce ne sont plus seulement Google, Apple ou Oracle qui s'arrachent les meilleurs talents sortis de la tech. La semaine dernière, le patron de Goldman Sachs Lloyd Blankfein expliquait que son entreprise était "désormais une compagnie technologique" et comptait ainsi faire passer le nombre de ses employés travaillant dans l'informatique de 36 à 50%.

À tel point qu'aujourd'hui, la demande sur le marché du travail sur la high tech est telle que les salariés de grandes entreprises peuvent avoir un gros intérêt à quitter leur emploi pour se mettre à leur compte, comme l'explique un article de Bloomberg. L'agence américaine cite le cas d'un développeur de 27 ans qui a quitté un poste riche en avantages chez Google "pour prendre en main (son) propre destin". Et, au passage, gagner deux fois plus.

Des réseaux exigeants

Bloomberg explique, citant une source au fait du sujet, que les grandes entreprises sont aujourd'hui prêtes à payer très cher des indépendants, avec des tarifs allant parfois jusqu'à 1.000 dollars de l'heure. Si les grands groupes embauchent toujours en interne les grands talents, trouver au bon moment le bon profil peut s'avérer compliqué.

"Trouver quelqu'un de talentueux à New York en l'espace de trois jours est impossible. Tous ceux que je connais ont déjà un poste", explique à Bloomberg Aaron Rubin fondateur de la start up ShipHero.

Un phénomène qui a permis la création de sociétés mettant en relation des grands groupes avec un réseau de développeurs indépendants. C'est le cas de Toptal ou encore de 10xManagement qui toutefois recrutent des développeurs issus des meilleures universités américaines. Avec un processus très sélectif: un entretien, un examen technique, un test de coding, et un projet final. "Si vous ratez la moindre chose vous êtes éjectés", assure à Bloomberg Helder Silva, un développeur portugais qui a travaillé chez Deloitte et qui n'a pas franchi la troisième étape.

J.M.