BFM Business

Pourquoi la voiture d'Apple ne verra certainement jamais le jour

Le concept d'une voiture conçue par Apple (ici une esquisse de designer) restera-t-il à jamais dans les cartons de la firme de Cupertino? Probablement.

Le concept d'une voiture conçue par Apple (ici une esquisse de designer) restera-t-il à jamais dans les cartons de la firme de Cupertino? Probablement. - Mercedes

Incapable de se mettre d'accord sur la stratégie à adopter, l'équipe en charge du projet "Apple Car" s'est réduit comme peau de chagrin ces derniers mois. Une crise de leadership comme Apple n'en avait plus connue depuis des années...

Y a-t-il un pilote dans la voiture? Au sein de l'équipe en charge du projet Titan chez Apple, on est tenté de répondre non. Le projet Titan? C'est le nom de code donné par Apple à son projet de voiture connu sous le nom d'"Apple Car". Après que le New York Times a révélé que des dizaines de salariés travaillant jusqu'alors sur le projet avaient été réaffectés dans d'autres services, c'est Bloomberg qui revient sur les déboires rencontrés par Apple. Et selon le site américain, le concept d'une voiture conçue par Apple serait quasiment aux oubliettes.

"Apple a réduit drastiquement ses ambitions en matière d'automobile conduisant à des centaines de suppressions de postes et a pris une direction qui n'inclut pas la construction d'une voiture", explique Bloomberg citant de nombreuses sources proches du projet. Au total ce serait un millier de salariés qui auraient été réaffectés à de nouvelles tâches au sein d'Apple qui ne concernent plus l'automobile.

La direction de l'entreprise aurait donné jusqu'à la fin de l'année 2016 à son équipe pour apporter la preuve que le projet d'une voiture conçue par le groupe était réalisable. Mais avec la réduction des effectifs, il y a peu de chances que les ingénieurs de la marque à la pomme réussissent à faire en deux mois ce qu'ils ont échoué à faire en deux ans.

Faire comme Tesla ou comme Google?

Mais pourquoi Apple qui a su ces dix dernières années démocratiser le smartphone, inventer l'écosystème des applications, créer le marché des tablettes et donner un coup d'accélérateur aux objets connectés avec sa Watch serait sur le point d'échouer dans l'automobile? La faute, explique Bloomberg, à une crise de leadership. Lancé en secret au début de l'année 2014, le projet Titan devait conduire au lancement d'une automobile aux alentours de l'année 2020. Avec l'ambition de refaire le coup de l'iPhone sur un marché, l'automobile, où le segment du haut de gamme génère des marges confortables aux acteurs reconnus comme légitimes.

Sauf que dès 2015 des divergences de vue à la tête de l'équipe en charge du projet ont commencé à apparaître. Avec d'un côté Steve Zadesky, un ancien designer de l'iPod passé notamment par Ford, et les tenants du développement d'une voiture Apple à l'image de Tesla. Et de l'autre Bob Mansfield, à l'origine notamment de l'iPad, qui plaidait pour un projet moins ambitieux d'une plateforme technologique pour voiture autonome. Un projet plus proche de celui de Google en somme.

Et c'est ce dernier qui aurait eu gain de cause. Lors d'une réunion début 2016 dans un auditorium de la Silicon Valley, Mansfield aurait expliqué devant des centaines d'ingénieurs qui travaillaient sur l'Apple Car que le projet Titan s'orientait vers une solution logicielle. Des centaines de salariés en charge notamment du châssis, des suspensions ou des transmissions ont alors quitté le projet, selon Bloomberg. Ne resteraient plus à travailler sur le projet Titan que des ingénieurs spécialistes de la voiture autonome (logiciel, capteurs etc.) ainsi que l'équipe en charge de la réglementation automobile.

Géant dans le smartphone, nain dans la voiture

Et si Apple a pris cette décision aussi radicale, c'est que la marque était très loin de son but initial. Les dirigeants d'Apple avaient imaginé une voiture électrique qui aurait pu reconnaître son conducteur via ses empreintes digitales et qui aurait évolué de manière autonome. Un autre projet prévoyait un véhicule partiellement autonome avec un volant et des pédales. Une sorte de Tesla à la sauce Apple en somme.

Sauf que la firme à la pomme a beau être un géant de la tech, elle ne compte pas dans le monde de l'automobile. "Apple a lutté contre les chaînes d'approvisionnement complexes de l'automobile", explique Bloomberg citant une source interne. Si Apple exerce une influence considérable sur l'ensemble des fournisseurs dans l'électronique ce n'est pas le cas dans l'automobile où les équipementiers sont moins disposés à se plier aux exigences du géant de Cupertino. Les mêmes difficultés rencontrées en son temps par Tesla. Sauf qu'avec Elon Musk à sa tête, cette dernière n'a pas manqué d'un leadership solide. Ce qui manque peut-être à Apple depuis quelques années.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco