BFM Business

Pourquoi Intel rachète Mobileye pour 15 milliards de dollars

Brian Krzanich, le patron d'Intel, et Amnon Shashua, le confondateur de Mobileye, entourent Harald Krueger, le PDG de BMW en juillet dernier à Munich.

Brian Krzanich, le patron d'Intel, et Amnon Shashua, le confondateur de Mobileye, entourent Harald Krueger, le PDG de BMW en juillet dernier à Munich. - CHRISTOF STACHE / AFP

Intel ne se laissera pas distancer sur le véhicule autonome comme il l'a été sur les mobiles. Avec Mobileye, le géant américain des puces électroniques positionne ses composants au coeur des voitures intelligentes.

Devenir un acteur incontournable dans le secteur des véhicules autonomes. Tel est le nouveau crédo d'Intel, qui vient d'annoncer le rachat de la société israélienne Mobileye pour 15 milliards de dollars.

Le véhicule autonome n’est plus seulement l’affaire des seuls constructeurs automobiles ou des équipementiers. Il faut désormais compter sur les acteurs de la tech. Et parmi eux, Intel ne veut pas être un simple figurant. Bien décidé à ne plus perdre d'énergie à courir après un marché qu'il n'aura pas anticipé, Intel est bien décidé à se positionner d'emblée comme un acteur majeur de l'intelligence artificielle, de la ville intelligente et du véhicule autonome. Le géant américain des puces électroniques ne veut pas connaître les mêmes déboires qu'avec le marché des mobiles qu'il n'a pas vu arriver. 

Les plus grands constructeurs automobiles sont déjà clients

Entrée en bourse en août 2014 et valorisée aux alentours de 11 milliards de dollars pour un chiffre d'affaires d'une centaine de millions, la société Mobileye a tout de la proie intéressante. Des bénéfices qui grossissent de trimestre en trimestre, des clients qui figurent parmi les plus grands constructeurs mondiaux de voitures, poids lourds et bus. Et des technologies éprouvées. Ses capteurs et caméras travaillent en fait à repérer tout ce qui se passe autour du véhicule: les déplacements de personnes, de véhicules, d'obstacles éventuels mais également les marquages au sol, les feux de circulation, les panneaux de signalisation, etc. En plus de son système anti-collision, Mobileye a développé un système de navigation et de cartographie en temps réel. Le système récupère en permanence toutes les données des événements alentours qui viennent alimenter le cerveau de la voiture, rendant sa conduite encore plus précise et performante, qualités premières d'un véhicule autonome.

Le rôle d'Intel et de ses puces est de récupérer ces données en provenance des caméras et autres capteurs, de les stocker, de les compresser, de les traiter et de les envoyer vers un système cloud dont la puissance de calcul permettra de définir une cartographie en temps réel avec la plus haute définition possible.

Jouer le même rôle dans un véhicule que dans un PC

Les premières générations de ces systèmes équipent aujourd'hui plus d’une vingtaine de constructeurs automobiles. Parmi eux, Volkswagen et BMW sont déjà prêts à aller plus loin après les accords signés avec le duo, lors du dernier salon CES de Las Vegas.

Toutes ces fonctions ayant un besoin crucial de stockage, traitement et analyse, on comprend mieux l'intérêt pour Intel de se positionner au coeur de la plateforme intelligente de chaque véhicule. Au-delà de la performance des radars et caméras, tout va se jouer sur la récupération des données, la puissance de leur traitement et de leur analyse. Un métier qu'Intel connaît parfaitement pour faire fonctionner la plupart des ordinateurs du monde entier depuis bientôt 50 ans. Ce rachat va enfin permettre aux systèmes de Mobileye de changer d'échelle. Rappelons que cette dernière s'est fait connaître au tout début des voitures Tesla, qu'elle équipait avant que la firme d'Elon Musk ne choisisse de développer ses propres plateformes.

Frédéric Simottel