BFM Business

Pourquoi cette chaîne de burgers n'aura bientôt plus besoin de payer ses cuisiniers

-

- - -

La chaîne américaine CaliBurger a annoncé que 50 de ses restaurants seraient équipés de robots cuisiniers d'ici 2018. Une première mondiale.

Avec lui les steaks sont grillés, le fromage fondu et le pain croustillant. Capable de travailler 24 heures sur 24, il fait tout ça sans même toucher de salaire. Mais Flippy ne s'en offusque pas puisqu'il s'agit d'un robot. Dévoilé en début d'année par la société californienne Miso Robotics, le robot va bientôt faire ses débuts en cuisine. La chaîne de fast-food californienne CaliBurger (plutôt premium comme l'enseigne In&Out) va équiper d'ici 2018 50 de ses restaurants de ces robots. Elle avait déjà utilisé certaines de ces machines en début d'année et comptait en équiper ses restaurants d'ici 2019. Mais une levée de fonds de 3,1 millions de dollars a permis à Miso Robotics de produire suffisamment de machines et a avancé la date de livraison d'un an.

D'ici quelques mois, ce sont donc des machines qui cuiront la viande dans les restaurants CaliBurger. Pour autant, le robot ne fera pas l'intégralité du hamburger. Bardé de capteurs, Flippy maîtrise la cuisson des ingrédients mais ne sait pas encore confectionner seul le hamburger. Il travaille en équipe avec des humains. Si quelqu'un s'approche de la plaque de cuisson pour ajouter du fromage sur la viande par exemple, le robot s'écarte et le laisse faire. Et une fois que la viande est cuite, c'est un homme encore qui va assembler les burgers.

-
- © -

Mais ce n'est que le début, et la technologie devrait rapidement progresser. "La cuisine peut être entièrement automatisée, assure John Miller, le PDG de CaliBurger. Nous nous voyons comme une entreprise technologique qui vend des hamburgers." Évidemment, pour le patron de cette chaîne de fast food, le but est d'améliorer la productivité en cuisine et de réduire les coûts. D'autant que la Californie s'est engagée à faire passer son salaire minimum à 15 dollars de l'heure d'ici 2022 contre 10,50 dollars aujourd'hui. Un engagement critiqué outre-Atlantique. "Ce salaire ne sera pas supportable pour de nombreuses sociétés, estime Peter Tateishi, de la chambre de commerce de Sacramento sur le site de l'antenne locale de CBS. Une augmentation de 5 dollars de l'heure c'est 12.000 dollars de plus par an pour un employé. D'où viendra cet argent?", s'interroge-t-il?

-
- © -

Mais la perspective de cette augmentation des coûts n'est pas la seule raison qui explique l'automatisation. Le secteur du fast food a beaucoup de mal à recruter et à conserver ses salariés. Aux États-Unis, le turnover a atteint en 2016 un record de 113% selon People Report. Cela veut dire qu'en moyenne, un restaurant doit renouveler la totalité de ses salariés chaque année. Cela s'explique par un taux de chômage très faible aux États-unis (4,7%), un travail fastidieux et surtout des salaires faibles. 

Pour autant, veut rassurer le patron de CaliBurger, les robots seront cantonnés à la cuisine. Et les salariés en cuisine seront formés et redéployés en salle pour améliorer le service aux clients. "Les humains joueront toujours un rôle dans les restaurants, assure au Daily Mail David Zito, le patron de Miso qui fabrique le robot. Nous ne savons pas encore quel sera leur rôle dans cette industrie dans le futur".

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco