BFM Business

Pour se venger d’Apple, Qualcomm pourrait sortir l'artillerie lourde

Comment réagira Apple si Qualcomm arrive à bloquer l'importation des iPhone aux États-Unis?

Comment réagira Apple si Qualcomm arrive à bloquer l'importation des iPhone aux États-Unis? - Spencer Platt - Getty Images North America - AFP

Qualcomm pourrait sortir une arme fatale dans son conflit avec Apple en demandant à l’administration chargée du commerce de bloquer les importations de smartphones. Assemblé en Chine, l’iPhone est le premier visé.

Tous les coups sont permis dans le bras de fer qui oppose Qualcomm et Apple depuis plusieurs mois. Mais la dernière salve contre la société de Tim Cook pourrait faire très mal comme le révèle Bloomberg. Le géant des télécoms aurait l’intention de saisir l’ITC (International Trade Commission) pour qu’elle bloque les importations de smartphones. Fabriqué en Chine, l’iPhone risquerait ainsi de ne plus pouvoir être diffusé aux États-Unis.

Une sacrée réponse à l’annonce de Tim Cook de suspendre le paiement des redevances sur les brevets Qualcomm qui représentent plus de 2 milliards de dollars par an, comme l'a révélé Reuters. Cette somme serait une goutte d'eau par rapport aux conséquences d'un éventuel blocage. 40% des iPhone sont vendus aux États-Unis et à lui seul, ce produit représente 70% du chiffre d'affaires du groupe californien.

Cette demande, qui arrive en pleine effervescence autour de l’iPhone 8, a été dévoilée à Bloomberg par une source anonyme, mais jugée "fiable". Et ce ne serait pas une première. Dans leur conflit judiciaire, Apple et Samsung ont joué cette carte à plusieurs reprises. En 2013, le groupe californien était parvenu à faire interdire la vente aux États-Unis de plusieurs modèles fabriqués par le groupe sud-coréen.

Le retour des iPhone "made in USA"?

En réponse, la même année, c’est Samsung qui a demandé à l’ITC d’interdire les ventes d’iPhone aux États-Unis. Cette requête avait à l’époque été jugée recevable par l’organisme de régulation qui dispose d’un pouvoir judiciaire. Il avait fallu l’intervention de Barack Obama pour éviter à Apple de subir cette sanction en prenant une mesure exceptionnelle pour soutenir le groupe américain.

Cette fois, les deux opposants sont américains et le président Trump pourrait obtenir qu’Apple installe aux États-Unis une usine qui fabriquerait des produits "made in USA" et créerait de l’emploi. Dès sa prise de fonction, le président américain avait renouvelé sa demande de relocaliser les usines d’iPhone. Donald Trump aurait dit à Tim Cook lors d’une conversation téléphonique: "Tim, vous savez ce qui serait une vraie réussite pour moi, c’est qu’Apple construise une grande usine aux États-Unis, ou plusieurs grandes usines aux États-Unis, plutôt que de faire fabriquer vos produits en Chine ou au Vietnam". Le patron d’Apple s’était contenté de répondre qu’il comprenait cette demande. Ira-t-il jusqu'à s'y soumettre?

Pascal Samama