BFM Business

Pour réduire sa dette, Altice cède la moitié de sa fibre au Portugal contre 1,6 milliard d'euros

Altice Europe signe un troisième trimestre convaincant

Altice Europe signe un troisième trimestre convaincant - DR

Le produit de la vente de sa filiale portugaise dans la fibre sera dédié à la réduction de la dette du groupe Altice.

Le groupe de télécoms et de médias Altice Europe (propriétaire de BFM Business) a annoncé vendredi la cession de 49,9% du capital de sa filiale Altice Portugal FTTH (fibre jusqu'à l'abonné) à un fonds d'investissement de Morgan Stanley, une opération qui devrait lui rapporter 1,57 milliard d'euros.

Altice Portugal FTTH est la structure de l'opérateur de télécommunication portugais MEO en charge du déploiement de la fibre optique. Le groupe revendique la position de leader sur le marché portugais avec 4 millions de foyers desservis.

Selon le communiqué, la filiale, valorisée pour l'occasion à 4,63 milliards d'euros, vendra ses services de grossiste à "tous les opérateurs" qui voudront utiliser son infrastructure tandis qu'elle achètera des services techniques à MEO pour l'extension et la maintenance de son réseau.

Réduction des intérêts de la dette

La vente doit être finalisée au premier semestre 2020 et "ouvrira la voie à d'importantes opérations de refinancement nous permettant d'accélérer notre programme annoncé de réduction des intérêts de la dette, avec une cible de 700 millions d'euros d'économies annuelles", a commenté le fondateur d'Altice, Patrick Drahi, dans un communiqué.

"Cette transaction fantastique avec nos partenaires de longue date de Morgan Stanley Infrastructure Partners accélérera le désendettement du groupe vers son objectif déclaré", soit un niveau d'endettement de 4,25 fois l'Ebitda contre environ 6 fois aujourd'hui, a t-il précisé.

Depuis 2018, Altice Europe s'est lancé dans une série de cessions d'actifs jugés non essentiels, notamment la vente de ses tours télécoms, sur lesquelles sont installées les antennes de téléphonie mobile, et de son infrastructure fibre en France et au Portugal, ses deux principaux marchés.

30 milliards d'euros de dettes

Le groupe, maison mère de l'opérateur français SFR, avait ainsi déjà annoncé en mars avoir cédé 49,9% de sa filiale SFR FTTH à un consortium composé de Omers Infrastructure, Axa IM-Real Assets et la branche capital investissement d'Allianz pour 1,7 milliard d'euros.

Les moyens générés par ces opérations - 5,7 milliards d'euros à date sans prendre en compte l'opération du jour, selon le communiqué - doivent lui permettre de disposer de plus de moyens pour ses investissements mais également de désendetter le groupe, dont la dette nette dépasse les 30 milliards d'euros, avec cependant des échéances à long terme.

Le groupe Altice Europe a confirmé en novembre ses objectifs financiers, revus à la hausse lors du trimestre précédent.

OC avec AFP