BFM Business

Altice vend partiellement ses pylônes en France et au Portugal

-

- - -

Le groupe compte tirer 2,5 milliards d'euros de cette vente partielle.

Altice Europe (dont la filiale française détient 100% de ce site) a annoncé mercredi qu'il comptait tirer 2,5 milliards d'euros de la vente partielle des pylônes de son réseau mobile au fonds américain KKR en France, et à Morgan Stanley et Horizon Equity Partners au Portugal.

Altice va constituer deux filiales détenant ses pylones, selon un communiqué d'Altice. Le fonds KKR reprendra 49,99% de la filiale des 10.198 pylônes français, et la banque américaine Morgan Stanley et le fonds sud-africain Horizon Equity Partners reprendront au sein d'un consortium, 75% de la filiale des pylônes portugais.

"Une fois réalisées, les deux transactions devraient générer des rentrées significatives pour Altice Europe, et soulignent son engagement en faveur du désendettement et de la gestion de son bilan", souligne le communiqué.

SFR TowerCo est valorisée à 3,6 milliards d'euros

Dans son communiqué, Altice Europe précise être entré dans un "accord exclusif" avec KKR pour la vente de 49,99% du capital d'une nouvelle entreprise regroupant 10.198 pylônes et sites en France, appartenant aujourd'hui à SFR.

Aux termes de la transaction, la nouvelle entreprise SFR TowerCo est valorisée à 3,6 milliards d'euros.

Par ailleurs, un accord pour la construction de 1200 nouveaux sites entre SFR et la nouvelle entreprise devrait générer "250 millions d'euros additionnels pour SFR dans les quatre prochaines années", selon le communiqué.

La filiale portugaise valorisée à 660 millions d'euros

Même schéma au Portugal, ou sera constituée une nouvelle société, ToP (Towers of Portugal), comprenant 2961 sites actuellement gérés par Altice Portugal.

La transaction valorise ToP à 660 millions d'euros, selon le communiqué. Un accord pour la construction de 400 nouveaux sites devrait générer environ 60 millions d'euros supplémentaires sur les quatre prochaines années.

Désendettement

Altice est sous la pression des marchés pour se désendetter, après des années de croissance rapide financée au prix d'une dette atteignant 50 milliards d'euros.

Le groupe a subi un gros coup de semonce en Bourse en novembre 2017, amenant Patrick Drahi à reprendre les rênes de l'entreprise et à annoncer une série de mesures pour retrouver la confiance des investisseurs.

"Nous allons créer un groupe leader dans l'exploitation des pylônes en Europe, qui sera le numéro 1 en France", s'est félicité dans le communiqué le fondateur et dirigeant d'Altice Patrick Drahi.

"Avec KKR, Morgan Stanley Infrastructure Partners et Horizon Equity Partners, nous avons trouvé des partenaires de long terme de la plus grande qualité, qui partagent notre volonté d'investir dans des opportunités de croissance et d'infrastructures", a-t-il ajouté.

J.-C.C. avec AFP