BFM Business

Pour le patron de Microsoft France, l'IA "ne veut pas dire travailler plus" mais "travailler mieux"

L'intelligence artificielle suscite beaucoup de craintes, mais ce sera avant tout un outil incontournable, assure Carlo Purassanta, président de Microsoft France.

Faut-il avoir peur de l'intelligence artificielle? Carlo Purassanta, président de Microsoft France, était l'invité de Good Morning Business ce jeudi sur BFM Business. Il a notamment évoqué l'essor de l'IA et les principales transformations et innovations qui sont attendues – mais aussi les craintes que l'intelligence artificielle suscite.

"Il faudrait parler d'intelligence numérique et pas artificielle, parce qu'artificielle c'est un mot franchement qui fait peur, parce que c'est toujours en contre-opposition par rapport à l'humain. Or, ce n'est pas en contre-opposition (…). Un smartphone, un ordinateur, ils sont déjà beaucoup plus intelligents qu'il y a quelques années. Ça nous permet de savoir où on est, de savoir où on va aller et comment y aller. Ça nous permet d'avoir des informations sur nous-mêmes, comment on se comporte, est-ce que je suis sous stress, est-ce que je suis en train d'avoir l'activité journalière nécessaire pour mon bien-être", avance Carlo Purassanta.

Le numérique pour booster sa productivité personnelle

"Les ordinateurs, les smartphones, les objets vont juste avoir une intelligence numérique supérieure qui nous accompagne dans notre façon de faire, de travailler. C'est de la productivité personnelle. Ça ne veut pas dire travailler plus, ça veut dire travailler mieux, donc peut-être même moins (…). Quand je cherche quelque chose, je le trouve plus facilement, je peux demander j'ai une réponse, l'interaction va être naturelle, je peux discuter avec une intelligence numérique", poursuit-il.

"Tout ça, ça existe déjà. Nous on essaie de le porter à l'intérieur des produits, pour que ce soit une évolution naturelle du produit, et pas quelque chose justement de perçu comme artificiel, un supplément, ou quelque chose qui est contre nous. Ça va arriver petit à petit dans les services, dans les outils. Et en fait, ça va juste améliorer la vie de tout le monde", assure le président de Microsoft France.

J. B.