BFM Business

Orange a bien mis fin au service centenaire des télégrammes

Viral, ce montage a été confondu avec le dernier télégramme envoyé.

Viral, ce montage a été confondu avec le dernier télégramme envoyé. - Christophe Ndi

Accessible au 3655, le service permettait de dicter un message à envoyer à un opérateur, qui s'occupait de sa transmission et de sa facturation.

Le télégramme est revenu sur le devant de la scène, pour mieux disparaître. Ce 30 avril, Orange a mis fin au plus que centenaire service français des télégrammes. Ce dernier vivotait depuis plusieurs années dans une discrétion quasi-totale.

L'information a été annoncée lundi soir à 23h59 sur Twitter par Christophe Ndi. Ce salarié d'Orange, qui anime une communauté de salariés du géant des télécoms, les Zagrums, s'est pour l'occasion fendu d'un montage au style télégraphique, sans se douter de son succès sur les réseaux sociaux. L'image a été reprise par la presse régionale et nationale, mais aussi par le service presse d'Orange, pour illustrer l'arrêt du service.

"C'est une page de l'histoire des Télécoms qui se tourne au profit des nouvelles technologies - STOP - Bon vent et merci à tous nos collègues qui faisaient encore fonctionner ce service - STOP", affichait ce simili télégramme. 

Un faux télégramme pour un véritable arrêt du service

"Bien entendu, le télégramme n'a plus cette apparence depuis longtemps, c'est une illustration pour "rappeler" ce qu'était le télégramme, service qui a effectivement fermé lundi soir", a par la suite rectifié Christophe Ndi, pour dissiper les doutes.

Si le dernier télégramme envoyé ne correspond pas à l'image partagée, le service d'Orange consacré à l'envoi de télégrammes a bien été fermé. Un employé d’Orange contacté par BFM Tech confirme que le logiciel "Le Télégramme" a été décommissionné le 1er mai et que l'intranet de l'entreprise en garde les stigmates. Ce standard téléphonique permettait à des opérateurs de prendre note d'un message et d'appeler son destinataire pour lui en faire part. L'équivalent d'un télégramme papier était, lui, livré par la Poste, sans garantie d'acheminement dans les délais fixés.

En avril, 1.400 télégrammes ont été acheminés par ce moyen, note Christophe Ndi auprès de l'AFP. Ces documents ont une valeur légale et pouvaient être utilisés pour convoquer officiellement un salarié ne venant plus à son travail, ou pour notifier officiellement une commande. Depuis plusieurs années, cet héritier du service initial d'envoi de télégrammes était en sursis.

Son prédécesseur a été mis en place en 1879, pour informer rapidement ses proches, avant d'être progressivement éclipsé par le téléphone, le minitel ou encore le courrier électronique. En revanche, le véritable contenu du dernier télégramme restera sans doute un mystère.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech