BFM Business

Olivier Sichel (Caisse des dépôts) sur les GAFA : "Cette évasion fiscale massive, ça fait 15 ans que ça dure"

De l’avis du directeur général adjoint de la Caisse des dépôts, directeur de la Banque des Territoires et président du think tank Digital "New Deal Foundation", les débats concernant la taxation des GAFA viennent de franchir un nouveau cap.

Les discussions qui entourent la fiscalité des GAFA n’en sont encore (et toujours ?) qu’à leurs prémices. Pour autant, Olivier Sichel, invité sur le plateau de Good Morning Business ce mardi 27 août, y voit "un immense progrès". Le directeur de la Banque des Territoires ajoute que "Cette évasion fiscale massive des gens du numérique, ça fait 15 ans que ça dure. Et les sommes en jeu sont considérables".

La loi a changé

Il n'est plus envisageable aujourd'hui que "toute l’économie qui se digitalise échappe à l’impôt", considère-t-il. Or, les grandes entreprises du numérique pratiquent une "évasion fiscale massive". À la suite de l'annulation du redressement fiscal de Google, conséquence d'une loi "mal faite" selon Olivier Sichel (une amende de 1,49 milliard d'euros contre Google avait été annulée), "on a décidé de changer la loi en France. On a d’abord essayé d’avoir un consensus européen. Et Bruno Le Maire a fait d’énormes efforts. Là, nous sommes dans une situation où enfin l’OCDE s’en occupe. Et nous sommes en situation de force puisque nous allons continuer à taxer. Et l’engagement qu’a pris le président Macron c’est de revenir sur cette taxe quand on aura un dispositif consensuel au niveau de l’OCDE".

Aussi, la question de savoir si une taxe GAFA à la française verra véritablement le jour demeure… Pour le directeur général adjoint de la Caisse des dépôts, il est clair que "oui, il y aura la taxe qui continuera à s’appliquer en France. Ce qu’a dit le président Macron, c’est que lorsque l’on se sera mis d’accord sur une taxe sur le numérique, à ce moment-là il remboursera [le différentiel éventuel]. Mais en attendant, tant qu’il n’y a pas d’accord, la taxe française va fonctionner".