BFM Business

Ofo, le pionnier chinois du vélo en libre-service est au bord du précipice

Ofo avait levé en mars 2018 plus de 850 millions de dollars auprès d'investisseurs, dont le géant chinois de l'e-commerce Alibaba, après 700 millions de dollars en juillet 2017.

Ofo avait levé en mars 2018 plus de 850 millions de dollars auprès d'investisseurs, dont le géant chinois de l'e-commerce Alibaba, après 700 millions de dollars en juillet 2017. - Daniel LEAL-OLIVAS-AFP

Vite disparus du paysage parisien, les vélos jaunes d'Ofo, qui a lancé ses engins en vélopartage en 2014, sont proches de la faillite en Chine. Près de 13 millions de clients lui réclament le remboursement de leur caution et la start-up rencontre de graves difficultés financières.

La presse officielle chinoise, via le China Daily, s'en est émue le 24 décembre: les files de clients s'allongent pour réclamer le remboursement de leur caution dans le cadre du service de vélopartage d'Ofo. Au début du week-end dernier, la start-up chinoise "avait reçu près de 13 millions de demandes en ligne de remboursement de dépôts" explique le quotidien chinois.

Initialement, il était demandé aux utilisateurs de payer 99 yuans (12,60 euros) pour pouvoir se servir des vélos en libre-service, frais qui ont ensuite été augmentés à 199 yuans (25 euros). Mais, environ 990 millions de yuans (126 millions d'euros) de caution déposés par les clients sont désormais exigés par les utilisateurs chinois de ses vélos jaunes. Pour rassurer ces clients inquiets, Ofo avait assuré il y a huit jours que les demandes de remboursement seraient traitées dans l'ordre chronologique.

"Alors que nous remboursons des dépôts ainsi que des dettes à des fournisseurs et que nous maintenons nos activités quotidiennes, nous devons convertir chaque yuan en 3 yuans", a écrit crûment Dai Wei, le fondateur d'Ofo dans une lettre exposant les graves difficultés financières rencontrées par son entreprise, rapporte le China Daily. Début décembre 2018, un tribunal avait déjà ordonné une "réduction des dépenses" de l'entreprise et de ses dirigeants.

Les dépôts des clients ont fourni de la trésorerie à Ofo

Ce pionnier chinois du vélo en libre-service semble proche du dérapage fatal alors qu'il avait lancé dès 2014 ses premiers vélos reconnaissables à leur couleur jaune vif, et revendiquait 200 millions d'utilisateurs. La plupart des analystes estiment que ces sociétés ont pu survivre et se concurrencer de manière agressive (...) non pas parce que leur activité était rentable, mais plutôt grâce aux dépôts des clients", souligne Michael Pettis, professeur de finance à Pékin.

Pour financer son expansion à l'international, la start-up avait levé en mars plus de 850 millions de dollars auprès d'investisseurs, dont le géant chinois de l'e-commerce Alibaba, après 700 millions de dollars en juillet 2017. Mais, Ofo s'est développé trop rapidement tout en étant confronté à un grand nombre d'obstacles sur la route de son expansion, allant du durcissement de la réglementation à la suite du stationnement sauvage de ses vélos sur la chaussée au vandalisme qui rend ses deux-roues inutilisables.

Résultat: Ofo, dont les vélos ont vite acquis une réputation de qualité médiocre, a dû renoncer à plusieurs marchés étrangers dont Paris où ses vélos ont pratiquement disparu de la capitale... tandis que son grand rival Mobike, lancé en 2016, poursuit de son côté son expansion mondiale avec le soutien d'un autre géant chinois de l'internet, Tencent.

F.Bergé avec AFP