BFM Business

Nouveau départ pour Kodak?

Kodak a également dû brader ses brevets pour survivre.

Kodak a également dû brader ses brevets pour survivre. - -

La justice américaine doit se prononcer, ce mardi 20 août, sur le plan de restructuration de l'ex-géant de la photo. Ce dernier s'est littéralement métamorphosé pour assurer sa survie.

L'avenir s'éclaircit pour Kodak. Le juge des faillites américain doit se prononcer aujourd'hui sur le scenario de restructuration de l'ex-géant de la photo, placé l'an dernier sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites. Peut-être le bout du tunnel pour le groupe, qui va complétement se métamorphoser.

Pour éponger ses dettes, Kodak est, en effet, passé par un régime minceur forcé. Au point d'en ressortir presque méconnaissable. Fini, la fabrication d'appareils photos et de caméscopes numériques. Fini, les imprimantes d'ordinateurs, les scanners, la production de papier photo et de pellicules.

Une bonne partie du coeur historique de Kodak s'est vaporisé. En bourse, le groupe vaut aujourd'hui 22 millions de dollars, Contre 30 milliards au milieu des années 90.

Du grand public aux services aux entreprises

La marque grand public est en train de se transformer en groupe purement B2B, c’est-à-dire traitant avec d'autres entreprises, spécialisé dans les systèmes d'impression pour le compte des sociétés ou encore le matériel de tournage pour le cinéma.

Le groupe a aussi dû se résigner à brader l'un de ses biens les plus précieux: ses brevets, des technologies pour capturer et stocker des images, qu'on retrouve aujourd'hui dans les smartphones et les tablettes.

A travers ce recentrage forcé, c'est à la fois une partie de l'histoire de la photo qui disparaît. Et le début d'une nouvelle vie, pour ce groupe vieux de 132 ans.

Anthony Morel