BFM Business

Les réseaux sociaux d’entreprise tardent à convaincre

Malgré une adoption timide, les réseaux sociaux d'entreprise prennent peu à peu leurs marques dans les entreprises.

Malgré une adoption timide, les réseaux sociaux d'entreprise prennent peu à peu leurs marques dans les entreprises. - 01Business

Les projets de réseaux sociaux d’entreprise se multiplient, timidement mais sûrement. Cette démarche nécessite un travail de longue haleine qui passe par une communication claire sur les enjeux représentés par ces RSE.

Depuis maintenant trois ans, les entreprises expérimentent les réseaux sociaux d’entreprise (RSE). Et s’ils sont encore loin d’être généralisés, leur intérêt va croissant. « Le contexte actuel pousse les entreprises à se réinventer et à trouver d’autres modes de fonctionnement comme l’organisation en mode agile, explique Arnaud Rayrole, directeur général de Lecko, un cabinet de conseil en organisation, spécialisé dans les RSE. Le réseau social d’entreprise est un levier incontournable pour réaliser cette transformation ». Bien exploitée, cette plateforme collaborative de nouvelle génération maximise les interactions entre les employés mais aussi avec des partenaires extérieurs. L’objectif consiste à mobiliser au mieux l’intelligence collective pour répondre aux besoins du marché et des clients, voire pour accélérer des projets en interne et mieux communiquer.

Identifier des cas d’usages précis

Pourquoi alors les projets tardent ils autant ? « Parmi les challenges les plus importants figure la gestion de l’identité numérique des collaborateurs et des partenaires amenés à interagir sur le RSE », répond Arnaud Rayrole. Par ailleurs, pour que « la mayonnaise prenne », les entreprises doivent identifier des cas d’usages précis sur lesquels elles vont amorcer le déploiement. Les occasions sont nombreuses car un réseau social d’entreprise est multi-usages ; ses fonctions s’étendent de l’innovation à la gestion des compétences, en passant par la relation client, la gestion des processus comptables, etc. Tous les métiers de l’entreprise sont ainsi concernés.

Un ticket d’entrée quasi nul

Du côté des outils, des solutions en ligne sont accessibles pour quelques euros par mois. Elles peuvent accompagner une entreprise dans une première approche, à moindre coût. Mais plus que sur l’outil, c’est sur le facteur de politique de conduite du changement que doivent porter les efforts. Une stratégie qui repose impérativement sur une communication claire et régulière. « Il est primordial de dresser une feuille de route, tout en gardant à l’esprit qu’un RSE est un projet long qui peut s’étaler sur plusieurs années », conclut Arnaud Rayrole.

Eddye Dibar