BFM Business

Les internautes publiphobes sont de plus en plus nombreux

La possibilité d'installer des bloqueurs de publicités sur mobile  sur le navigateur Safari grâce à l’iOS 9 d’Apple va obliger le monde de la publicité à renouveler sa stratégie web.

La possibilité d'installer des bloqueurs de publicités sur mobile sur le navigateur Safari grâce à l’iOS 9 d’Apple va obliger le monde de la publicité à renouveler sa stratégie web. - Khaled Desouki-AFP

Le nombre des adeptes des logiciels bloqueurs de publicités sur le web s'envole dans le monde. Un engouement qui, en 2015, a fait perdre 21,8 milliards de dollars de recettes publicitaires aux sites qui en vivent.

Mauvaise nouvelle pour les sites qui ne vivent que de la publicité. Les internautes sont toujours plus nombreux à faire barrage aux bannières publicitaires sur leur ordinateur. A la fin du mois de juin 2015, au niveau mondial, 198 millions d'internautes avaient installé un logiciel filtrant les publicités dont 45 millions aux Etats-Unis et 77 millions en Europe. C'est 41% de plus qu'un an plus tôt.

En Europe, l'Allemagne, pays d'origine d'Eyeo, éditeur d'Adblock Plus, un des outils les plus populaires en la matière, aurait 18 millions d'internautes utilisant un "bloqueur" de publicité (+17% en un an), soit un taux de 24% par rapport à la population totale se connectant au web, alors que cette proportion ne serait que de 10,4% en France,

Ces statistiques, issues d'une étude réalisée avec Adobe par la société irlandaise PageFair (qui a pour client les éditeurs de site web), montrent une plus forte tendance à la publiphobie chez les utilisateurs du navigateur web Chrome. Ils sont 126 millions à filtrer les publicités (+51% en un an) en raison notamment de la facilité avec laquelle il est possible d'installer des outils logiciels de filtrage. Un comble quand on sait que Google, l'éditeur de Chrome, est avant toute une gigantesque régie publicitaire en ligne.

Cela dit, Google sait aussi payer des sociétés comme Eyeo, l'éditeur Adblock Plus, afin de figurer dans ses listes blanches, ce qui permet de laisser passer ses publicités sur les ordinateurs des internautes.

Le web mobile reste peu affecté par les bloqueurs de pub

Loin derrière, les utilisateurs de Fifefox ne sont que 48 millions (+17% en un an) à bloquer les publicités sur leur navigateur favori, et ceux de Safari (Apple) ne sont que 9 millions.

Même si les 198 millions d'adeptes du filtrage publicitaire ne représentent que 6% de la population mondiale des internautes, leur poids, sur le plan économique est loin d'être négligeable. L'étude de PageFair évalue à 21 milliards de dollars en 2015, les pertes totales de revenus publicitaires sur Internet, induites par les "publiphobes" du web, soit environ 14% des recettes totales.

Heureusement pour les acteurs de la publicité en ligne, l'univers du mobile n'est pas encore affecté par le phénomène des outils anti-pubs. Ceux-si sont à 98% installés sur des ordinateurs connectés, 2% l'étant sur des smartphones ou des tablettes.

Cependant, les possesseurs d'iPhone et d'iPad pourront bientôt ajouter des "bloqueurs" de publicité sur leur navigateur Safari, grâce à la version du logiciel iOS 9 qui sera téléchargeable en septembre 2015.

Par ailleurs, certaines versions mobiles de navigateur web comme Firefox pour smartphone ou tablette Android, permettent déjà de télécharger des extensions logicielles "anti-pub"

Frédéric Bergé