BFM Business

Les femmes encore trop peu représentées en entreprise, même dans le numérique

Pour Sheryl Sandberg, COO de Facebook, il va falloir un bon siècle pour que les femmes soient équitablement représentées à la tête des entreprises américaines.

Pour Sheryl Sandberg, COO de Facebook, il va falloir un bon siècle pour que les femmes soient équitablement représentées à la tête des entreprises américaines. - Laura Cavanaugh - Getty Images North America/AFP

Les femmes sont toujours sous-représentées dans les entreprises, surtout dans les postes de direction. Elles pourraient pourtant rendre l’économie "plus innovante, plus créative" tout en "améliorant revenus et profits", comme le révèle une étude.

"Au rythme actuel, nous sommes à plus de 100 ans de l'égalité des sexes dans le top management des grandes entreprises. Si la NASA lançait aujourd'hui une personne dans l'espace, elle pourrait aller sur Mars en passant par Pluton et tourner 10 fois autour de la Terre avant que les femmes représentent 50% des postes". Sheryl Sandberg, numéro deux de Facebook, a le sens de la formule, mais son message est clair. Malgré les discours et l’ouverture d’esprit apparente, la présence de femmes reste anecdotique dans les boards des entreprises internationales.

La colère de Sheryl Sandberg a été provoquée par l’étude "Women in the work place" réalisée par LeanIn.Org et McKinsey auprès de 30.000 salariés de 118 entreprises américaines. Ce rapport révèle que dans les entreprises américaines, les femmes sont "sous-représentées à tous les échelons hiérarchiques" et qu’elles sont confrontées à des obstacles plus sévères que les hommes pour accéder à des postes de direction. Les plus diplômées estiment même que leur sexe est un obstacle pour évoluer professionnellement.

Pourtant, toujours selon l’étude, les entreprises gagneraient à équilibrer la mixité, qui les aide "à être plus innovantes, plus créatives et à améliorer revenus et profits."

Est-ce cela qui a incité les géants des nouvelles technologies à donner à des femmes des postes de dirigeantes? En effet, Facebook, Apple, Google, Yahoo, IBM, HP, Xerox ou Microsoft ont nommé des femmes à des postes de direction (voir diaporama en fin d’article).

En France, la parité est presque respectée

Le secteur du high-tech est-il vraiment une exception? En France, le cabinet Hay Group a réalisé une étude pour l’Acsel (Association des professionnels de l’économie numérique) auprès de 2.880 salariés de 173 entreprises françaises. On y apprend que "la parité est mieux représentée dans les métiers du numérique que dans le marché général" avec 43% de femmes pour 57% d’hommes.

Véronique di Benedetto, présidente de l'association Femmes du Numérique, n'a pas les mêmes échos. Cette association membre du Syntec Numérique a réalisé une étude selon laquelle les femmes ne représenteraient que 27% des effectifs. "A l'heure où le numérique est au coeur de la transformation de notre société et irrigue tous les secteurs, il est inconcevable d'en rester là!", a déclaré Véronique di Benedetto le 30 septembre lors de la remise des trophées Excellensia au cours de laquelle Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat au Numérique a récompensé 12 talents féminins.

Il faut donc poursuivre les efforts. Le premier hackathon pensé par des femmes aura lieu en France les 12 et 13 octobre à Paris. Organisée par le collectif What (Women hackers action tank), cette compétition de développement de projets numériques opposera hommes et femmes. Autre initiative française: Rézoé. Ce réseau d'affaires créé par Sabrina Boucherit est exclusivement destiné aux femmes.

Ces initiatives montrent qu'en France, les femmes n'attendront certainement pas aussi longtemps que le redoute Sheryl Sandberg.