BFM Business

Les eurodéputés appellent à un démantèlement de Google

Au-delà d'un éventuel abus de position dominante, la diversification tous azimuts de Google inquiète.

Au-delà d'un éventuel abus de position dominante, la diversification tous azimuts de Google inquiète. - Kimihiro Hoschino - AFP

Les eurodéputés se sont prononcés ce jeudi en faveur d'une séparation de Google en deux: d'un côté le moteur de recherche, de l'autre les services et produits. Une décision symbolique.

Le Parlement européen attaque le géant de Mountain View. Les eurodéputés ont voté, ce jeudi 27 novembre, en faveur d'une résolution demandant de scinder Google en deux, séparant le moteur de recherche de ses autres activités.

Ce vote est symbolique. Le Parlement européen n'a pas le pouvoir de forcer le géant américain à se démanteler. Mais il pourrait ainsi donner des idées à la Commission européenne qui, elle, pourrait changer la loi. 

Mais pourquoi faudrait-il casser Google? Officiellement, le Parlement européen lui reproche de biaiser les résultats de son moteur de recherche pour mettre en avant les services et produits vendus par Google. Cela représenterait un abus de position dominante du groupe qui utiliserait son hégémonie dans le "search" comme une arme pour pousser ses propres produits. 

Google dans votre PC, téléphone, maison, voiture, et demain dans votre corps?

En outre, au fil de sa diversification complètement folle opérée ces dernières années, Google est perçu comme une sorte de Frankenstein, un monstre ingérable, qui inquiètes les autorités européennes.

Le débat autour du démantèlement ne consiste pas seulement à se demander si le moteur de recherche doit être séparé de YouTube et de Gmail.

Aujourd'hui, Google veut être partout et tout le temps au centre de votre vie. Le groupe veut être dans votre PC, dans votre smartphone, dans votre voiture avec Android auto, dans vos vêtements et les accessoires que vous portez avec Android wear, une version d'Android spécialement conçue pour les textiles et les accessoires connectés. 

Google veut aussi être dans votre maison, avec des acquisitions dans la domotique (l'internet du bâtiment) comme Nest, qui fait des thermostats connectés qui sont un peu l'œil de Google chez vous. D'ailleurs l'objet a vraiment la forme d'un œil. 

Il y a enfin toutes les ambitions du géant de Mountain View dans des domaines dont on commence à peine à percevoir le potentiel: la robotique, l'intelligence artificielle. Google va-t-il finir par produire une intelligence plus intelligente que nous? Et puis il y a la médecine. Ce petit moteur de recherche né dans les années 90 va peut-être, demain, avoir un impact sur votre longévité

Un mastodonte qui crée des marchés

Aujourd'hui donc, le Parlement européen va envisager des moyens de réduire la domination de Google. La firme n'est pourtant pas seule au firmament de ces entreprises qui semblent dominer le monde. Une étude récente du cabinet de conseil Faber-Novel montre ainsi la puissance acquise en quelques années par ces mastodontes du net.

Google, Amazon, Facebook et Apple auraient généré l'an dernier 316 milliards de dollars de revenus, soit presque autant qu'un pays comme le Danemark, le 35ème PIB mondial, avec 10 fois moins de monde. Les quatre groupes comptent, ensemble, 252.000 employés, explique encore l'étude.

Leur puissance peut aussi se mesurer à ces quelques données. Apple a littéralement créé le marché des tablettes en 80 jours. Google est devenu le leader mondial des moteurs de recherche en seulement 4 ans. Et Facebook a capté 16% du temps des gens en l'espace de 10 ans.

Leur dénominateur commun, c'est justement de créer des marchés. Comme Apple qui s'est récemment positionné sur le paiement sans contact, une initiative de nature à faire décoller le marché, et à redistribuer les cartes pour les acteurs préexistants

Anthony Morel et BFMBusiness.com