BFM Business

Les Chinois "mal notés" ne pourront plus prendre le train ou l’avion

Le Système de crédit social entend évaluer les citoyens chinois en fonction de leur fiabilité. Désormais, ceux qui ont une note trop basse pourront être interdits de train ou d'avion pendant un an.

"Votre note n'est pas suffisante pour vous donner accès à ce train". C'est ce que pourront s'entendre dire des citoyens chinois à compter du mois de mai. Un score personnel trop bas pourra justifier une inscription sur liste noire assortie d'une interdiction d'achat de billets d'avion ou de train pendant un an, selon les déclarations publiées vendredi par la Commission nationale pour le développement et la réforme du pays.

Le scénario ressemble étrangement à celui de l’épisode “Chute Libre” de la série d'anticipation Black Mirror dans lequel un personnage se voit refuser l'accès à son avion en raison de sa note personnelle. À la différence près qu'en Chine, les citoyens ne peuvent pas connaître la note de leur voisin.

L'inscription sur liste noire n'est pas une nouveauté en Chine. Mais elle était jusqu'à présent limitée aux citoyens lourdement endettés comme Jia Yueting, fondateur des entreprises LeEco et Faraday Future. Désormais, elle s'étend à des méfaits mineurs comme la diffusion de fausses informations sur le terrorisme, la commission de troubles lors de voyages ou encore l'utilisation de billets expirés, rapporte Reuters

"Jadis indigne de confiance, toujours restreint" 

Cette initiative s'inscrit dans le cadre du projet du Président Xi Jinping de construire un Système de crédit social, basé sur le principe du "jadis indigne de confiance, toujours restreint". L’objectif annoncé est de “construire une culture de la "sincérité' et une "société socialiste harmonieuse" dans laquelle il sera "glorieux de maintenir la confiance”.

Mais ce système permet surtout aux organismes gouvernementaux de partager des informations sur la fiabilité des citoyens et d'imposer des pénalités en fonction de cette note.

Des experts prévoyaient sa mise en place d'ici à 2020. Mais son utilisation pourrait en fait avoir commencé il y a des années. Début 2017, la Cour populaire suprême du pays avait déclaré lors d'une conférence de presse que 6,15 millions de citoyens chinois avaient été interdits de prendre l'avion pour des méfaits sociaux.

Pauline Dumonteil