BFM Business

Le cumul des retards d'avions en France a atteint... 34 ans en 2018

Entre retards et annulations de vols, plus de 4,7 millions de passagers ont subi des perturbations en France en 2018 pour un total cumulé de 34 années de retard selon la société spécialisée Air Indemnité.

2018 aura été une année noire pour le transport aérien. Entre les annulations de vols en hausse de 95% entre le 25 décembre 2017 et 2018 et les retards supérieurs à deux heures en hausse eux de 21%, les 127 millions de passagers qui ont décollé ou atterri en France ont du prendre leur mal en patience. C'est que révèle l'étude annuelle réalisée par la société Air Indemnité et révélé par Le Parisien. Au total, ce sont quelque 4,7 millions de passagers qui ont du subir ces perturbations dans les aéroports français en 2018.

Cette année noire s'explique évidemment en grande partie par les mouvements sociaux entre mars et juillet dernier, principalement chez Air France. A cela il faut ajouter les faillites de deux compagnies (la danoise Primera Air et la chypriote Cobalt Air) qui ont privé des milliers de passagers de leur vol. Ainsi que la hausse constante du nombre de passagers au niveau mondial et ce alors que les infrastructures aéroportuaires n'ont pas augmenté en France en 2018.

Paris-Singapour et Paris-Agen à éviter 

Et c'est d'ailleurs la croissance de ce trafic qui explique en grande partie les retards. En France, ceux supérieurs à deux heures ont progressé de 21% en 2018 et ceux supérieurs à trois heures de près de 27%. Au total ce sont très précisément 41.639 vols qui ont subi des retards sur l'année, soit l'équivalent de 34 années de retard si on les cumule!

Et certaines liaisons sont plus affectées que les autres. A l'international, c'est celle entre Singapour et Roissy-Charles-de-Gaulle qui a subi le plus de retards (près d'un vol sur cinq perturbé en 2018) devant Paris-Mexico (18,7%) et Paris-Shanghai (15%). Sur les vols intérieurs, c'est la liaison Orly-Agen qui a subi le pus de retards (13,4%) devant Orly-Castres (11,3%) et Marseille-Lyon (près de 11%).

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco