BFM Business

Le coronavirus provoque une chute sans précédent des livraisons de smartphones dans le monde

-

- - -

Entre la baisse de la production due aux fermetures d'usines en Chine et la chute de la demande dû au confinement, le marché des smartphones accuse une baisse à deux chiffres. Une première.

L'épidémie de coronavirus a provoqué un choc sur le marché des smartphones. Les livraisons mondiales ont en effet connu au premier trimestre une chute sans précédent (sur un an) de 11,7% à 275 millions d'unités expédiées chez les distributeurs, selon les chiffres d'IDC.

Deux facteurs expliquent ce repli historique. Les volumes de production ont d'abord été touchés par la fermeture des usines en Chine dès le mois de décembre dernier, alors que la quasi-totalité des smartphones de la planète sont assemblés dans l'empire du Milieu. A cela s'ajoute les mesures de confinement prises un peu partout dans le monde entraînant une baisse mécanique de la demande.

"Ce qui a commencé comme un problème d'offre, initialement limité à la Chine, s'est transformé en une crise économique mondiale dont l'impact sur la demande commence à se faire sentir à la fin du trimestre", commente Nabila Popal, directeur de recherche chez IDC.

"Alors que la chaîne d'approvisionnement en Chine a commencé à se redresser à la fin du trimestre, les principales économies du monde entier se sont complètement bloquées, entraînant une stagnation de la demande des consommateurs".

Apple limite la casse

Le leader mondial, le sud-coréen Samsung, est celui qui a le plus souffert de cette situation avec des livraisons en baisse de 19% sur un an à 58 millions d'unités (contre 72 millions un an plus tôt).

Son challenger Huawei n'est pas en reste avec un recul de 17% sur un an principalement à cause d'une consommation chinoise (son premier marché) atone sur quasiment tout le trimestre. Mais IDC précise qu'une baisse de prix sensible décidée sur certains de ses modèles lui a permis d'éviter le pire.

Apple, à la troisième place, sauve les meubles avec une baisse de seulement 0,4% de ses livraisons. La pomme a pu s'appuyer sur la vigueur du marché nord-américain qui n'est entré en confinement qu'en avril et sur le succès de son dernier iPhone.

Autre surprise avec le chinois Xiaomi qui voit ses livraisons augmenter de 6% sur un an, le résultat de son internationalisation qui s'est accélérée en 2019.

-18% en Europe de l'Ouest

Par régions, la Chine est la principale victime de l'épidémie avec un recul de 20% des livraisons, la faute à un confinement qui a duré quasiment tout le premier trimestre.

IDC observe néanmoins une reprise en mars mais qui ne devrait pas faire long feu. "Le rythme de la reprise en mars est principalement dû à une demande bloquée et ne devrait pas se maintenir car le ralentissement économique mondial devrait avoir un impact négatif sur l'économie chinoise et sur le sentiment des consommateurs, et ne permettre au marché d'atteindre une croissance annuelle qu'au quatrième trimestre".

Si les livraisons mondiales accusent un important recul au premier trimestre, la situation est encore pire en Europe de l'Ouest avec un repli historique de 18,3%.

Olivier Chicheportiche