BFM Business

LDLC.com lance son école du numérique

Olivier de la Clergerie, patron de LDLC, a annoncé l'ouverture de "L'Ecole", une formation aux métiers du numérique.

Olivier de la Clergerie, patron de LDLC, a annoncé l'ouverture de "L'Ecole", une formation aux métiers du numérique. - -

A l'instar de Xavier Niel, Laurent de la Clergerie, président de LDLC.com, a décidé d'ouvrir une école du numérique. Le but est de répondre aux besoins du secteur.

Après Xavier Niel c'est Laurent de la Clergerie, le président de LDLC.com, qui lance son école du numérique. LDLC.com est le site de ventes de produits high tech le plus en vue de France avec 255 millions de chiffre d'affaires et 22% de croissance l'année dernière. Son fondateur, qui était l'invité jeudi 22 mai de Good Morning Business, assure vouloir transmettre aux étudiants "l'esprit start-up".

"L'Ecole", c'est son nom, a pour but de résoudre deux difficultés des entreprises. Premier problème, celles-ci ont bien du mal à trouver des employés qui maîtrisent les métiers du numérique alors qu'elles ont de gros besoins de recrutement à ces postes.

"Depuis la création de LDLC en 1996, on a dû créer un certain nombre de métiers qui n’existaient pas", explique Laurent de la Clergerie. Son entreprise, qui a dû par le passé "trouver des profils", "les former en interne" et les "adapter aux nouveaux métiers qui se créent constamment dans le domaine du numérique", disposera désormais d'une main-d'oeuvre formée et qualifiée.

Former la main-d'oeuvre

Le second objectif est de bien faire comprendre les enjeux du secteur et notamment comment se transforme le business et donc la façon de travailler en entreprise. LDLC veut transmettre "l'esprit start-up" à ses futurs étudiants et les doter d'un "esprit de transversalité, d'agilité".

"Aujourd’hui on manque de porteur de projets, de gens capables de transformer la stratégie d’une entreprise et de communiquer avec les personnes qui ont la technicité de créer au niveau de l’économie numérique", analyse Laurent de la Clergerie.

"L'Ecole" sera financée à 100% par LDLC. Elle proposera un seul cursus de trois ans. "Elle sera payante.On estime que ce sera entre 5.000 et 7.000 euros. C’est le prix de la garantie de trouver un emploi dans une économie qui bouge", continue le président de LDLC.

Des élèves recrutés sur un mode "très entreprise"

Mais le prix à verser pour rejoindre cette nouvelle formation pourrait, à terme, baisser. "On n’a pas une volonté que 'l’Ecole' gagne de l’argent. Si on arrive à trouver un modèle économique rentable, on s’en servira pour réduire les frais de scolarité. L’objectif est surtout de servir un écosystème et c’est une démarche d’entreprise responsable."

Chaque promotion devrait être composée d'une "centaine d'élèves", recrutés sur "un mode très entreprise": "On se basera sur le profil de personnalité, la motivation." L'Ecole de LDLC aura pour but de se "rapprocher [du] pragmatisme de l’entreprise", résume Laurent de la Clergerie.

Laurent de la Clergerie se réjouit par ailleurs d'ouvrir cette école à Lyon, "une capitale numérique française" avec ses entreprises de jeux vidéos, de logiciels et ses sites d'e-commerce. Les futurs élèves ont rendez-vous pour la première rentrée de "l'Ecole" le 15 septembre prochain.

Thomas Sasportas avec BFMBusiness.com