BFM Business

La technologie du Bitcoin intéresse bigrement la finance française

La Caisse des Dépôts veut explorer les opportunités qu’offre la technologie utilisée par le Bitcoin, ses défis techniques et la menace qu'elle représente pour les acteurs de la banque et de la finance.

La Caisse des Dépôts veut explorer les opportunités qu’offre la technologie utilisée par le Bitcoin, ses défis techniques et la menace qu'elle représente pour les acteurs de la banque et de la finance. - Eric Piermont-AFP

La Caisse des Dépôts associe plusieurs banques à un groupe de travail sur la technologie propre au Bitcoin qui pourrait révolutionner l'intermédiation bancaire. La finance et la high tech américaines sont également aux aguets.

La Caisse des Dépôts sonne la mobilisation générale autour de la technologie à l'origine du Bitcoin. La vénérable institution a lancé un laboratoire d’innovation sur la technologie "blockchain" qui réunit onze partenaires dont AXA, BNP Paribas, le groupe BPCE, CNP Assurance et le Crédit Agricole, représentant les acteurs de la banque.

En renfort, quelques start-up spécialisées ont été associées à l'initiative, aux côtés des pôles de compétitivité Finance innovation du Cnam et de l'association Croissance Plus. Cette initiative se concrétisera en janvier 2016.

L’objectif affiché est "de mutualiser les démarches d’exploration et évaluer in fine le potentiel des usages concrets de cette technologie". Il ne s'agit pas seulement d'étudier l'opportunité représentée par cette révolution mais d'évaluer aussi son potentiel de menace sur l'activité d'intermédiaire bancaire et financier. BNP Paribas estimait récemment dans une note interne que la technologie pourrait priver de leur utilité les organismes financiers actuels.

La finance y voit une technologie de rupture

La technologie blockchain utilisée par la monnaie virtuelle marque en effet une rupture technologique profonde. "Il s’agit d’une sorte de protocole social qui pourrait constituer la base d’une nouvelle étape dans la désintermédiation financière et une redéfinition des tiers de confiance que sont notamment les banques et les assurances" n'hésite pas à indiquer la Caisse des Dépôts. 

Techniquement, la technologie rend possible la création d'un vaste réseau informatique financier sur le modèle d'Internet, sans hiérarchie ni contrôle central. Comme on envoie un email sur Internet, tout un chacun y accéderait pour effectuer soit des paiements, des échanges d'argent (comme pour le Bitcoin) ou des achats d'actions, le tout étant sécurisé par un système d'authentification décentralisée ultra-rapide et peu coûteux. La crainte des banques est de voir cette logique se substituer à leur rôle d'intermédiaire obligé, dépositaire de l'authentification nécessaire pour valider des transactions électroniques liées à des flux financiers.

La Caisse des Dépôts se sent concernée (et menacée) en tant que tiers de confiance reconnu dans le monde de la finance. Sa filiale Arkhinéo assure déjà l'archivage à valeur probante de tous types de documents électroniques.

Les grandes banques américaines sont à l'offensive

Outre-Atlantique, devant cette menace potentiellement disruptive affectant leur coeur de métier, la mobilisation générale de la finance a été décrétée. Plusieurs acteurs de renom (Nasdaq, Visa, Citibank) ont investi dans Chain, une société californienne de technologie presque inconnue qui travaille sur la technologie "blockchain". L'opérateur Orange, qui a des ambitions dans les services de transfert d'argent, les a rejoint comme investisseur.

Une autre initiative réunit notamment IBM, la bourse de Londres et les banques américaines JP Morgan et Wells Fargo. Ensemble, ces puissantes sociétés vont réfléchir, en s'appuyant sur la technologie "blockchain", à de nouveaux systèmes d'authentification des transactions bancaires et financières.

Tout récemment, Goldman Sachs a déposé un brevet pour développer une crypto-monnaie qui sera appelée SETLCoin pour sécuriser certaines transactions en permettant des règlements quasi-instantanés sur les marchés financiers.

Frédéric Bergé