BFM Business

La stratégie mobile de Nintendo fait rebondir son action

Après Super Mario Run sur iPhone et iPad, Nintendo prévoit de lancer les versions mobiles de Fire Emblem de Dobutsu no mori (Animal crossing ou Animal Forest) d'ici au mois de mars.

Après Super Mario Run sur iPhone et iPad, Nintendo prévoit de lancer les versions mobiles de Fire Emblem de Dobutsu no mori (Animal crossing ou Animal Forest) d'ici au mois de mars. - Stephen Lam - AFP

En dévoilant son intention de lancer trois nouveaux jeux mobiles par an, le géant japonais a vu son titre grimper de 4%. Les interrogations boursières qui ont suite au lancement de SuperMario Run semblent oubliées.

L'action Nintendo gagnait 4% lundi matin à la Bourse de Tokyo, le patron du pionnier japonais des jeux vidéo ayant confié à un journal le projet de proposer au moins trois nouveautés par an pour smarphones. Le titre est monté en début de matinée à 24.575 yens, soit un gain de 4,15%, se distinguant sur un marché en tendance baissière.

Selon le compte-rendu d'un entretien avec le patron Tatsumi Kimishima publié samedi par le journal Sankei, Nintendo a l'intention d'offrir au moins trois nouveaux jeux par an pour les smartphones et tablettes, avec des modèles économiques variables et des cibles très diverses.

Le mobile devient un pilier stratégique

Selon le journal, Nintendo a désormais clairement l'intention de faire des jeux sur mobiles un pilier de sa stratégie au côté des divertissements destinés à ses consoles.

Après le lancement de Super Mario Run le 15 décembre sur les iPhone et iPad d'Apple, Nintendo prévoit désormais une version mobile de Fire Emblem ainsi que Dobutsu no mori (Animal crossing ou Animal Forest) d'ici au mois de mars, toujours selon les propos recueillis auprès de Tatsumi Kimishima.

Même si les actionnaires de Nintendo ne savaient pas trop sur quel pied danser par rapport à Super Mario (enthousiasme au départ, déception les jours suivants), ils se réjouissent du tournant pris par la firme centenaire de Kyoto (ouest), longtemps rétive à lancer des applications sur smartphones, préférant réserver ses offres à ses consoles.

Avant l'arrivée sur les smartphones et tablettes Apple de Mario, plus célèbre plombier moustachu du monde, Pokemon Go, le phénomène ludique de cette année, avait été conçu par le studio américain Niantic. Nintendo n'avait alors qu'un rôle de second plan. Et l'application Nintendo Miitomo pour smartphones, mise en ligne au printemps dernier, était plus une sorte de réseau social amusant qu'un jeu à proprement parler.

P.S. avec AFP