BFM Business

La reconnaissance faciale ludique, le pari de Facebook pour contrer Snapchat

Après avoir tenté de racheter Snapchat, Facebook tente désormais d'en cloner certaines fonctionnalités.

Après avoir tenté de racheter Snapchat, Facebook tente désormais d'en cloner certaines fonctionnalités. - LLuis Gene - AFP

Le réseau social Facebook a annoncé ce mercredi le rachat de FacioMetrics, une start-up spécialisée dans les technologies de reconnaissance faciale. Un nouvel effort pour rivaliser avec Snapchat?

Facebook a confirmé un nouvel investissement visiblement destiné à contrer son rival Snapchat. Il s'agit de FacioMetrics, une start-up spécialisée dans les technologies de reconnaissance faciale. Cette jeune entreprise s'appuie sur les travaux de recherche de l'université de Carnegie Mellon autour de la reconnaissance faciale. Elle a développé ses propres technologies qu'elle a intégré à des applications mobiles.

"FacioMetrics répond à l'intérêt et à la demande croissante pour l'analyse des images de visages, avec toutes sortes d'applications incluant la réalité augmentée et virtuelle, l'animation, la mesure des réactions d'une audience, et d'autres encore", a indiqué son patron-fondateur, Fernando De la Torre.

"Nous sommes ravis d'accueillir l'équipe de Faciometrics, qui va nous aider à apporter davantage d'effets ludiques aux photos et aux vidéos, et à rendre leur partage sur Facebook plus attirant", a commenté pour sa part un porte-parole du réseau social dans un courriel à l'AFP.

Snapchat, l'ennemi n°1 de Facebook

"La manière dont les gens partagent et communiquent est en train de changer, et des choses comme les masques et d'autres effets permettent aux gens de s'exprimer de manière ludique et créative", a-t-il affirmé.

Les usages envisagés rappellent des fonctionnalités existant sur Snapchat, qui est considéré par beaucoup d'observateurs comme l'ennemi numéro un de Facebook et le service le plus susceptible de lui "voler" des utilisateurs.

Il est en effet devenu très populaire auprès des adolescents et des jeunes adultes, qui apprécient de pouvoir grâce à lui envoyer des photos et vidéos éphémères, qui disparaissent peu après leur réception, et qu'ils peuvent éventuellement agrémenter en utilisant toute une série de filtres.

Après avoir tenté sans succès de racheter Snapchat il y a quelques années, Facebook a désormais entrepris d'en cloner certaines fonctionnalités, sur son propre réseau ou chez certaines de ses filiales comme Instagram.

P.S. avec AFP