BFM Business

La Poste lance un carnet de santé numérique pour tous

L'application “La Poste eSanté”, gratuite, est accessible en téléchargement sur les boutiques d'applis Apple et Google.

L'application “La Poste eSanté”, gratuite, est accessible en téléchargement sur les boutiques d'applis Apple et Google. - André Tudela-Le Groupe La Poste

L'appli mobile "La Poste eSanté" centralise les données de santé générées par des objets connectés (tensiomètre, pèse-personne). Elles pourront être partagées avec un médecin référent. Une façon pour la Poste de se poser en tiers de confiance dans un domaine sensible.

La Poste confirme ses ambitions dans l'e-santé. Jouant de sa position de tiers de confiance acquise dans l'acheminement du courrier, l'entreprise publique lance une application mobile mettant en lien patients, objets connectés et professionnels de santé, autour du stockage centralisé des données de santé.

Cette application, que le groupe public présente au salon CES (Consumer Electronics Show) de Las Vegas, sera disponible gratuitement dès le 9 janvier sur les smartphones et tablettes d'Apple (iOS) et Android. "La Poste eSanté", c'est son nom, se présente comme un carnet de santé numérique centralisant les données de santé générées par des objets connectés (thermomètre, pèse-personne) acquis par un particulier ou qui lui sont fournis par un médecin ou un hôpital (pompe à insuline, spiromètre).

Elle se distingue par sa capacité à envoyer des alertes en cas de dépassement de seuils adaptés au profil du patient ou de ses dates de vaccination. Celui-ci, s'il le souhaite, pourra partager ses données avec son médecin, notamment dans le cadre d'un suivi post-opératoire. La Poste lui garantit qu’il aura accès toute sa vie et à tout moment à l’ensemble de ses données de santé.

Cette application est un complément interactif à Digiposte + Ma Santé. Ce véritable coffre-fort numérique personnel de La Poste permet de centraliser et partager les documents administratifs de santé de chaque patient (attestation de mutuelle, résultats de laboratoire, remboursements de la Sécurité sociale).

Enfin, la Poste développe parallèlement un portefeuille d'applications destinées aux professionnels de santé. Elles visent à développer des services de pré et de post-hospitalisation à domicile (suivi des patients en chirurgie ambulatoire ou des patients atteints de maladies chroniques). Plusieurs tests cliniques sont actuellement menés ou seront bientôt lancés avec l’IRCAD et l’IHU de Strasbourg, l’Institut Hartmann et l’hôpital Bichat à Paris ainsi que l’Institut GIPTIS pour les maladies rares à Marseille.

Face à la chute de son activité historique de distribution du courrier, La Poste cherche à élargir sa gamme de services, notamment dans le numérique et la santé. En mai 2017, le groupe a ainsi lancé une offre payante de visites à domicile chez les personnes âgées et a pris le contrôle d'Asten santé dans le secteur des soins à domicile. Face aux ambitions des géants américains de la tech que sont Apple ou Google qui veulent capter le marché de la santé connectée et les données personnelles qui lui sont rattachées, la Poste estime avoir sa carte à jouer grâce à son historique d'entreprise de service public et l'image de confiance qu'elle inspire aux particuliers.

Frédéric Bergé