BFM Business

La filiale "stratégique" qu'Alcatel-Lucent laisse Nokia récupérer

L’activité de câbles sous-marins d'Alcatel-Lucent, autrefois jugée "stratégique" par l’Etat, passera finalement sous contrôle de Nokia.

L’activité de câbles sous-marins d'Alcatel-Lucent, autrefois jugée "stratégique" par l’Etat, passera finalement sous contrôle de Nokia. - Philippe Hughen-AFP

Alors qu'ils devaient initialement sortir du périmètre cédé à Nokia, les câbles sous-marins d'Alcatel-Lucent seront finalement vendus, comme le reste, à l'industriel finlandais.

Alcatel-Lucent ne vendra pas son activité de câbles sous-marin, connue sous le nom d'Alcatel Submarine Networks. Cette activité sera conservée en tant que filiale en propriété exclusive alors qu'il cherchait jusqu'ici un acheteur dans le cadre de son rapprochement avec le finlandais Nokia.

"Dans le cadre de la proposition de rapprochement entre Nokia et Alcatel-Lucent, ASN recevra les moyens d'exécuter sa feuille de route stratégique", précise le groupe franco-américain qui entérine donc la cession de cette activité à Nokia, comme le reste de ses activités.

La filiale ASN d'Alcatel-Lucent a installé 575.000 km de câbles télécoms sous les océans et assure la maintenance de 300.000 km de câbles sous-marins. Les analystes du marché la créditent de 40% du marché mondial, aux côtés des opérateurs AT&T et Orange.

En 2014, Michel Combes, alors directeur-général d'Alcatel-Lucent, avait annoncé chercher un acquéreur pour Alcatel Submarine Networks qui selon lui avait "vocation à poursuivre son projet à l'extérieur de Nokia" lors de la présentation du projet d'acquisition de son groupe par l'industriel finlandais.

Pour Fleur Pellerin, Alcatel Submarine Networks était "stratégique"

Le sort de cette activité était suivi de près par Bercy dans la mesure où elle avait été déclarée en 2013, "stratégique" par Fleur Pellerin alors ministre de l'économie numérique. Elle avait même évoqué une possible participation du FSI (fonds stratégique d’investissement), qui n'a jamais eu lieu.

Pourquoi un tel intérêt de l'Etat ? Les câbles télécoms sous-marins sont devenus essentiels pour transporter le trafic téléphonique et internet entre les continents ou les îles, sont liés à la sécurité des territoires et des pays ainsi qu'à la cybersurveillance. 

Visiblement, l'Etat a révisé sa position. Michel Combes et Fleur Pellerin ne sont plus en poste et Bercy n'a finalement pas vu d'un mauvais oeil le rachat d'Alcatel Submarine Networks par Nokia, pas plus qu'il n'avait exprimé son désaccord vis à vis de l'opération globale de rachat.

Ce dernier va donc récupérer une usine de fabrication de câbles sous-marins en fibre optique, située à Calais (Nord) une unité de production de répéteurs située à Greenwich en Angleterre. Nokia héritera enfin d'une flotte de sept navires-câbliers, sillonnant les océans pour poser les précieuses liaisons télécoms qui connectent le monde à Internet.

Frédéric Bergé