BFM Business

La crise a mis un sérieux coup d'arrêt au déploiement de la fibre en France

Les chantiers ont été ralentis, en raison de l'épidémie de coronavirus. Un million de lignes, prévues cette année, ne seront finalement pas installées.

Le chantier pour déployer le très haut débit sur tout le territoire français souffrira en 2020 d'un retard dû au coronavirus, avec un retour à un niveau de 4,3 millions de prises fibre installées, inférieur à celui de 2019, ont prévenu lundi les acteurs de la filière. L'an dernier, 4,8 millions de prises avaient été raccordées.

Les acteurs prévoyaient avant la crise sanitaire un nombre record de 5,3 millions de nouvelles prises raccordées à la fibre optique cette année, notamment en zone moyennement dense et rurale.

En raison des retards dus au confinement et aux gestes-barrières qui compliquent les chantiers de pose, un million de prises raccordables ne le seront pas, montre une étude commandée par Infranum, qui regroupe les industriels des télécoms.

Les chantiers en berne

"On a un assez bon niveau de confiance" sur cette estimation à la condition que des mesures pour la reprise soient mises en place, a précisé à l'occasion d'une visioconférence Etienne Costes, chargé du secteur télécoms et technologies pour le cabinet EY et coauteur de l'étude.

Lors du confinement, les chantiers sont descendus à entre 40% et 50% de leur activité nominale. Les entreprises déclarent depuis être revenues à 75%, et estiment qu'elles seront à 90% à partir de septembre.

Alors que les opérateurs, le régulateur des télécoms et des acteurs publics avaient exprimé des inquiétudes quant à la survie de la filière, composée d'une myriade de sous-traitants, les diverses mesures de soutien de l'État et des donneurs d'ordre semblent avoir limité les dégâts, selon les auteurs du rapport.

Vers un plan de relance

Ainsi, "11% des acteurs interrogés envisagent de licencier. C'est à la fois peu, mais quand même significatif pour une filière censée tourner à plein", a dit Etienne Costes. 

"Tous les opérateurs télécoms ont pris des mesures sur les délais de paiement", a déclaré le président d'Infranum, Étienne Dugas. Orange et Bouygues Telecom ont également "accepté de payer un surcoût pour aider les entreprises de la filière à accélérer plus fort et plus vite", a-t-il précisé.

Le chantier de déploiement de la fibre optique en France s'inscrit dans le plan "THD" qui vise une couverture intégrale du territoire d'ici à 2022 en internet très haut débit, fixe et mobile.

Pour tenir cet objectif, la filière présentera dans quelques jours ses propositions pour un plan de relance.

TL avec l'AFP