BFM Business

L'Irlande moins paradisiaque pour Apple, Facebook ou Google

Apple a établi son siège européen en Irlande en 1980

Apple a établi son siège européen en Irlande en 1980 - Paul Faith - AFP

L'Irlande a annoncé ce mardi 14 octobre qu'elle allait durcir ses règles fiscales pour les entreprises. Le but est de répondre aux accusations de laxisme dont le pays ferait preuve vis-à-vis des géants comme Apple ou Google.

L'Irlande tente de répondre aux critiques. Le ministre des Finances Michael Noonan a annoncé ce mardi 14 octobre que le pays allait durcir ses règles en matière de fiscalité pour les entreprises.

Le tigre celtique a, en effet, été plusieurs fois accusé de laxisme fiscal vis-à-vis des géants de la high-tech, tels qu'Apple, Google ou Facebook.

L'Irlande va ainsi mettre fin à une faille de son système fiscal surnommée péjorativement le "Double Irish" (le "double irlandais"), une méthode utilisée par des multinationales américaines pour faire enregistrer leurs profits dans des paradis fiscaux via l'Irlande.

"J'abolis la possibilité des entreprises d'utiliser le double irlandais, en changeant nos règles de résidence. Toutes les entreprises en Irlande devront être résidentes fiscales en Irlande", a déclaré Michael Noonan.

Le taux d'impôt sur les bénéfices inchangé

En revanche, le gouvernement irlandais n'a pas touché au sacro-saint taux d'impôt sur les sociétés, fixé à 12,5%, un niveau largement inférieur à celui du Royaume-Uni (21%), l'Allemagne (29,8%), ou encore la France (36,1%).

Les critiques européennes avaient redoublé à l'encontre de la politique fiscale irlandaise depuis l'ouverture de l'enquête de la Commission sur des accords passés entre Apple et l'administration fiscale irlandaise en 1991, et amendés en 2007.

Ces accords avaient permis à la marque à la pomme de ne payer qu'un taux d'impôt effectif de 2% dans ce pays où elle dispose de son siège européen.

L'installation sur place d'Apple en 1980 a été suivie par celles d'autres géants de la Silicon Valley comme Google, Facebook, eBay et Twitter. Tous secteurs confondus, plus d'un millier de multinationales sont installées en Irlande, où elles emploient plus de 285.000 personnes directement ou indirectement. Aussi les autorités irlandaises sont elles très peu désireuses de les braquer.

J.M. avec AFP