BFM Business

L'inquiétante dégringolade de Twitter à la Bourse de New York

-

- - Emmanuel Dunand - AFP

L'euphorie des marchés est désormais un lointain souvenir chez le site de microblogging. Le titre est redescendu à son niveau d'introduction en Bourse de novembre 2013 et l'entreprise peine à convaincre les investisseurs.

Elle est loin l'époque où les investisseurs voyaient en Twitter le futur Facebook. Jeudi 20 août, le titre est retombé au niveau de son prix d'introduction (26 dollars), en novembre 2013, à la Bourse de New York. La dernière publication trimestrielle de l'entreprise, parue fin juillet, a déçu. Et en un an la valeur a perdu plus de 40%. Et même de 62% par rapport à son plus haut historique de janvier 2014 quand l'action avait atteint 69 dollars.

Pourquoi une telle dégringolade? Son incapacité chronique à dégager des profits serait encore acceptable si le site continuait d'attirer de nouveaux utilisateurs. Mais c'est là tout le problème. Twitter est en phase de stagnation. Cela fait plusieurs mois que l'aiguille oscille autour de 300 millions d'utilisateurs. A des années lumières du milliard et demi d'utilisateurs de Facebook. 

Une crise de gouvernance pour couronner le tout

En cause, un mode d'utilisation relativement compliqué. Les messages de 140 caractères, les "hashtags", les "retweets". Des codes qui sont autant de barrières à l'entrée pour beaucoup de novices.

A cela il faut ajouter un problème de gouvernance. Au début de l'été, sur fonds de mauvais résultats, le directeur général, Dick Costolo, démissionne. Depuis c'est l'un des fondateurs, Jack Dorsey, qui a repris le flambeau. Mais seulement par intérim. Une crise de gouvernance à régler d'urgence si Twitter veut redevenir le chouchou de Wall Street.

Anthony Morel, édité par J.M.