BFM Business

L'industrie du mobile pèse désormais 4,6% du PIB mondial

Un smartphone - Image d'illustration

Un smartphone - Image d'illustration - AFP

C'est en Afrique de l'Ouest que l'écosystème du mobile contribue le plus à la richesse avec 8,7% du PIB de la zone.

L'industrie du mobile contribue de plus en plus à la richesse mondiale. Opérateurs mobiles, fabricants de terminaux, fournisseurs d'équipements réseaux, éditeurs de services et d'applications, distributeurs... En 2018, tous ces acteurs ont généré pas moins de 4,6% du PIB mondial, soit la bagatelle de 3.900 milliards de dollars, selon l'étude annuelle que vient de publier la GSMA, le lobby qui rassemble la plupart des grandes entreprises du secteur et compilée par Statista. A tire de comparaison, 3.900 milliards de dollars, c'est pratiquement l'équivalent du PIB de l'Allemagne.

Dans le détail, ces 3.900 milliards de dollars pour 2018 combinent l'activité directe des acteurs de l'industrie mobile (1.140 milliards de dollars), l'activité indirecte qu'ils génèrent (500 milliards de dollars) ainsi que les gains de productivité que permet cet écosystème (2.270 milliards de dollars). Le secteur de l'industrie mobile emploie par ailleurs directement pas moins de 14 millions de personnes, estime la GSMA. 

Le poids de ce secteur dans l'économie progresse d'ailleurs rapidement, puisque cette part était de 3,8% du PIB mondial en 2014. Elle devrait encore gonfler pour atteindre 4,8% en 2020. Et l'arrivée de la 5G devrait booster le secteur dans les années à venir. La 5G devrait ainsi contribuer à l'économie mondiale à hauteur de 2.200 milliards de dollars au cours des 15 prochaines années, selon les estimations de l'organisme.

Un poids qui varie du simple au double selon les régions

En valeur, c'est la zone Asie-Pacifique, régulièrement à la pointe en matière de technologies mobiles, qui se hisse en haut du classement avec 1.600 milliards de dollars générés, soit 5,3% du PIB de la zone.

Elle distance l'Amérique du Nord avec 840 milliards de dollars générés soit 4,1% du PIB. Puis vient l'Europe avec 620 milliards de dollars et seulement 3,5% de la richesse de la région (hors Russie). La faute sans doute à l'effondrement de certains champions européens comme Nokia dans les terminaux ou Alcatel-Lucent dans les réseaux.

A contrario, si l'Afrique de l'Ouest est la zone où l'écosystème génère le moins de richesses en valeur (52 milliards de dollars), la région est celle où le mobile contribue le plus au PIB avec 8,7% (8,6% en Afrique sub-saharienne). Il faut dire que le mobile s'y est imposé comme moyen incontournable de paiement ou de support bancaire.

Olivier Chicheportiche