BFM Business

L’économie numérique trouve un nouvel élan avec le cloud

Le cloud provoque une transformation des infrastructures informatiques et entraîne l’apparition de nouveaux usages, et des innovations pour y répondre.

Le cloud provoque une transformation des infrastructures informatiques et entraîne l’apparition de nouveaux usages, et des innovations pour y répondre. - Pixabay

Véritable socle technologique du numérique, le cloud computing induit une évolution des infrastructures et des moyens techniques ouvrant le voie à une accélération de la R et D et à l’apparition d’activités innovantes basées sur la mobilité, l’analyse des données… qui tirent aujourd’hui l’ensemble de l’économie numérique.

Sans cloud, pas d’objets connectés et et encore moins de Big Data. La puissance de calcul et de stockage des données informatiques, en plus ou moins gros volumes, à la demande, qu’il confère, est la condition même des principales tendances de l’économie numérique. Celle-ci créé généralement de la valeur (économique) grâce à l’analyse de données. Le cloud en est donc, en quelque sorte, devenu le socle technologique. L’évolution des infrastructures informatiques en entreprise qu’il provoque entraîne l’apparition de nouveaux usages, et des innovations pour y répondre.

Cette possibilité de disposer d’une puissance de calcul potentiellement très importante, en temps quasi-réel et pour une durée ajustée, entraîne une exploitation grandement plus aisée des masses de données comparativement à l’ère pré-cloud computing. D’où l’affirmation souvent entendu: "sans cloud, pas de Big data". Une exploitation qui permet ensuite de créer de la valeur économique. "L’utilisation la plus visible est celle faite en matière de digital marketing mais il y a des domaines d’application moins connus du Big Data: contre la fraude bancaire, dans le domaine des assurances, des jeux, de la santé", rappelle Thierry Vonfelt, consultant indépendant et architecte en solutions numériques.

Sans cloud, la French Tech n'existerait pas

Le cloud créé donc un terreau favorable à l’émergence de nouvelles activités. Celles-ci donnent lieu aux valorisations les plus spectaculaires de l’économie numérique. Ce sont les fameuses licornes, ces start ups dont la valorisation dépasse le milliard de dollars. "ll aide à créer de nouveaux métiers dont l’agilité, la disponibilité et la globalité sont garanties", explique le président de la SSII T-Systems, Jean-Paul Alibert. Pour lui, "La French Tech n’existerait pas sans le cloud. Les services sur smartphones, avec leurs nouveaux modèles, les Uber, Airbnb, et Sarenza n’existent ainsi que parce-que le cloud est là".

Evolution des modèles d’affaires

"Le cloud induit aussi une évolution des modèles économiques, de fait c’est une tendance de fond", souligne Thierry Vonfelt. Sur le plan du modèle d’affaires en effet, le cloud repose sur un service facturé à l’usage en remplacement du paiement de licences. Cela pousse les entreprises historiques à repenser leurs offres tarifaires, leurs services clients. Cette transformation a contribué à l’émergence de l’écosystème start-up, qui contribuent considérablement au dynamisme économique et créatif de l’économie numérique.

Accélération des cycles de R& D

Mais outre cette évolution de modèle, le cloud a aussi provoqué une évolution lors de la conception même des nouveaux services. Il induit une accélération des cycles de Recherche et Développement, bienvenue dans un contexte économique où le "Time-to-market"» - laps de temps entre la décision de conception d'un nouveau produit et sa mise en vente – se réduit. "Le processus de définition, de validation et de production de nouveaux produits ou services est bien plus rapide. Cela fait gagner du temps donc de l’argent qui peut être réinvesti. Et cela libère la créativité car lorsque la livraison des services est automatisée, les équipes peuvent tester plus facilement de nouvelles idées", décrit Denis Caromel, chercheur à l’Inria. Une idée que partage Stéphane Kersulec, le DSI du Club Med, lors de son intervention dans l'émission 01Business Forum L'hebdo sur BFM Business. Il y explique combien le cloud est un facteur d’innovation et permet de tester rapidement des solutions potentiellement pérennes pour son entreprise.

Deux conceptions à rapprocher

Ces différentes évolutions sous-tendues par le cloud induisent un rapprochement nécessaire entre deux visions s’étant souvent confrontées: celles des fournisseurs et celles des utilisateurs. D’après le Cigref, une association rassemblant les 140 DSI des plus grandes entreprises françaises, c’est ensemble que ces dernières relèveront les défis que le cloud pose, en termes de sécurité notamment.

En attendant cet ajustement, la filière numérique continue de progresser. Les entreprises dont l’activité principale dépend du numérique dégageaient 3,3% du PIB français en 2009, 5,5% en 2013 et cette part devrait atteindre 7% de la richesse créée dans le pays en 2020 selon les estimations du cabinet McKinsey.

Adeline Raynal